Logement : les immeubles parisiens pourraient gagner des étages

Article mis à jour le 

La municipalité  de Paris a récemment présenté au Conseil de Paris son projet de modification du plan local d'urbanisme (PLU) visant à répondre à la demande de logement dans la capitale. Parmi les éventualités étudiées : la surélévation de certains petits immeubles.

Alors que Paris n'est autre que la ville la plus densément peuplée d'Europe, avec plus de 20 000 habitants au km², les immeubles parisiens pourraient grandir d'un étage pour accueillir encore davantage de personnes. Aujourd'hui dans la capitale, tandis que le mètre carré atteint des prix records, il n'est pas toujours évident de trouver une surface vierge pour bâtir de nouveaux logements. Mais pour contourner cette limite, la mairie de Paris souhaite construire au-dessus des bâtiments existants. En pratique l'idée serait ainsi de surélever les immeubles de deux ou trois étages – appelés "dents creuses" – encastrés entre les bâtiments plus grands.

Pour rappel, cette surélévation est légale depuis la loi ALUR de Cécile Duflot, adoptée début 2014. Or, la mairie de Paris a récemment initié une importante révision de son plan local d'urbanisme (PLU). Le principe : permettre la construction de 10 000 logements supplémentaires chaque année et ainsi atteindre 30 % de logements sociaux en 2030. Un objectif qui compte parmi les promesses de campagne de la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo.

11 étages maximum

D'après le JDD, la mairie de Paris compte mettre en œuvre un système sur le long terme. Dans un premier temps, une enquête publique portant sur la question sera organisée lors du premier trimestre 2015, avec pour point de mire une adoption finale au Conseil de Paris fin 2015. La surélévation des immeubles en est l'un des points clés, au même titre que la transformation de bureaux en logements et la "végétalisation" des toitures parisiennes.

D'après la présidente de l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur), pas moins de 10 000 immeubles pourraient prochainement être concernés par la surélévation. Toutefois, les chances que ces étages supplémentaires se matérialisent par une tour sont minces. Ainsi, en dehors des projets d'ores et déjà initiés en périphérie de Paris, les autres immeubles ne devraient pas dépasser 37 mètres, soit à peu près 11 étages.

Sources : jdd, leparisien, metronews