"L’esprit de Noël" est-il visible dans notre cerveau ?

Article mis à jour le 

Des chercheurs affirment avoir identifié les circuits cérébraux relatifs à "l'esprit de Noël"
Des chercheurs affirment avoir identifié les circuits cérébraux relatifs à "l'esprit de Noël"

Des scientifiques danois affirment avoir identifié "l’esprit de Noël", qui serait perceptible dans notre cerveau en observant certains circuits cérébraux.​

Et si la nostalgie et l’euphorie suscitées par l’arrivée des fêtes de Noël, ou inversement ce sentiment de défiance nommé "bah humbug" par les Anglo-Saxons en référence au personnage de Scrooge, trouvait son origine sur le plan cérébral ? C’est du moins ce que supposent des chercheurs de l’Université de Copenhague (Danemark) dans une étude rendue publique par le British Medical Journal. Aussi étrange soit cette conclusion, la méthodologie appliquée n’en reste pas moins implacable. "L’esprit de Noël" serait-il situé dans notre cerveau ?

En pratique, les scientifiques ont soumis 84 images en trois dimensions (pendant deux secondes à chaque fois) à 20 personnes en bonne santé équipées de lunettes spéciales. Parmi ces images, certaines faisaient explicitement référence à Noël, et les autres pas du tout. Les chercheurs ont en parallèle passé au crible le cerveau des personnes participantes via l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Parmi les participants, la moitié célébrait habituellement Noël. Or, c’est précisément chez cette moitié que cinq zones cérébrales spécifiques s’activaient lorsqu’il était question de visionner des images évoquant Noël.

Étaient alors concernés : le cortex moteur primaire gauche, le cortex prémoteur, le lobe pariétal inférieur gauche et supérieur, et enfin le cortex primaire bilatéral somatosenseur. À noter que ces zones renvoient selon les neurologues au toucher, à la spiritualité, à l’analyse des émotions ou encore à la capacité à s’oublier soi-même. D’autres études seront toutefois nécessaires pour comprendre ce phénomène. Les chercheurs envisagent notamment de réitérer l’étude à l’approche des fêtes de Pâques.