Et si les mammouths avaient disparu à cause de l'ostéoporose ?

Article mis à jour le 

Les mammouths ont disparu il y a 12 mille ans
Les mammouths ont disparu il y a 12 mille ans

Un paléontologue russe de l’Université d’État de Tomsk a découvert que les mammouths étaient atteints d’ostéoporose. Cette maladie aurait même causé leur disparition d’Eurasie il y a 12 000 ans.

Des os déminéralisés

Sergei Leschinsky bouleverse les théories sur l’extinction des mammouths. Son équipe de chercheurs a analysé pendant dix ans plus de vingt mille os et dents de mammouths vieux de 25 000 à 10 000 ans. Ils ont observé des changements dans la composition des tissus osseux. Les restes endommagés présentent des symptômes d’ostéoporose et d’autres maladies du squelette. Les os retrouvés sont ramollis, balafrés et cassants. Sur deux cimetières de mammouths exploités, 90% des bêtes en étaient atteintes. Ces maladies des os frappaient tous les mammifères herbivores de cette époque.

Les mammouths victimes d’une "famine minérale"

Les scientifiques postulent depuis longtemps que les changements de climat et la chasse des humains auraient causé la disparition des mammouths. Sergei Leschinsky propose une nouvelle hypothèse : leur extinction serait due à un manque de calcium, de magnésium et de sodium. Il explique que le réchauffement climatique il y a environ 11 000 ans a appauvri les sols et les eaux en minéraux naturels essentiels aux os, aux muscles et à la peau. Cette "famine minérale" aurait provoqué chez les animaux de toute taille et de tous âges des atrophies du cartilage et des fractures osseuses. Fragilisés et vulnérables, les mammouths avaient plus de difficultés à trouver de la nourriture, à échapper aux prédateurs et aux chasseurs. Ils finissaient même par s’écrouler sous leur propre poids.

Pour pallier à leur manque de minéraux, les mammouths léchaient les rochers, mangeaient de l’argile et buvaient de la boue. Ces vasières sont devenues les cimetières de mammouths que les paléontologues creusent aujourd’hui. Gageons que les humains ne connaîtront pas le même sort !

 

Sources : Les Echos, CBS NEWS, The Siberian Times