Manger des insectes pour sauver la planète ?

Article mis à jour le 

Mangera-t-on des criquets dans quelques années ? Il est bien probable que oui. L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a proposé une alternative pour vaincre la faim dans le monde : consommer des insectes. Si cette idée donne le sourire chez les uns ou provoque la grimace chez les autres, elle n’en est pas moins intéressante. En plus d’être écologique, ce type d’élevage permettrait de réaliser des économies importantes en termes de ressources alimentaires.

Drôle d’idée que de manger des insectes. Pourtant si en Occident l’habitude de croquer dans un termite est assez rare, près de deux milliards d’êtres humains en consomment déjà (dans certaines parties d’Asie, en Afrique ou en Amérique latine). Ce lundi 13 mai, la FAO a lancé un programme afin d’encourager ces élevages à grande échelle.

Et c’est vrai que lorsqu’on sort sa calculette, le calcul est plus efficace que les mots. A ce jour, pour produire un kilo de viande bovine, il faut huit kilos d’aliments. Pour le même poids chez les insectes, seulement deux kilos d’aliments sont nécessaires.

Des qualités nutritives et écologiques

En plus d’être peu chers à la vente, les insectes possèdent d’autres avantages dont la FAO fait mention. Ils ont la particularité de se reproduire très rapidement sans pour autant nuire à l’environnement.

Et si l’idée de consommer des insectes peut écœurer certains estomacs, pour la présidente du FAO, Eva Ursula Müller, la raison pour laquelle déjà un tiers des Terriens se nourrissent d’insectes, "c’est parce qu’ils sont délicieux et nutritifs". Effectivement les insectes sont sources de protéines, de matières grasses et de minéraux.

De plus, ce type d’élevage est très écologique puisque l’alimentation destinée aux insectes peut provenir de déchets organiques comme du lisier ou du compost. De plus, les insectes utilisent moins d’eau et provoquent moins de gaz à effet de serre que le bétail.

Des insectes dans mon assiette ?

On peut se poser la question sur la forme que peuvent prendre ces nouveaux aliments dans nos plats. Avec près de 900 espèces d’insectes comestibles, ce n’est pas le choix qui manque. La FAO ajoute que les insectes peuvent être consommés de différentes façons dans notre assiette : en entier ou de façon réduite, ou encore en pâte incorporés à d’autres aliments. Eva Ursula Müller a d’ailleurs déclaré que des restaurants en Europe proposait déjà des plats à base insectes.

L’intérêt des insectes dans nos assiettes ne s’arrête pas là. En plus d’être consommés, ils seraient utiles pour colorer les aliments, comme c'est le cas pour la cochenille et la couleur rouge.Mais ils constituent également une des base de la médecine traditionnelle dans certains pays.

Un enjeu pour l’avenir

Pour la FAO l’enjeu est important, d’ici 2030 elle estime que près de 9 milliards d’humains seront à nourrir, sans oublier les élevages à alimenter eux aussi. A force, la production animale intensive abime l’écosystème. Plus écologique, plus rentable, l’élevage d’insecte destiné à la consommation serait une bonne alternative.

Sources : Challenges ; Le Monde