La marche aiderait à mieux vieillir

Article mis à jour le 

D’après des chercheurs américains, la marche pourrait retarder ou même éviter aux personnes âgées de perdre en mobilité et de se retrouver dépendantes.

Alors qu’on considère souvent qu’il est trop tard pour se mettre au sport après 60 ans, de récentes études, dont l’une publiée dans le journal JAMA la semaine dernière, montrent que les seniors qui pratiquent des activités physiques risquent moins de se retrouver en situation de dépendance en matière de mobilité.

De la marche et de l’exercice

Afin de parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont suivi plus de 1 600 volontaires âgés de 70 à 89 ans pendant deux ans et demi. La moitié du groupe a bénéficié d’un programme d’éducation à la santé, tandis que l’autre moitié a dû suivre un programme plus sportif. Ce dernier incluait de la musculation du bas du corps, deux séances de marche supervisée chaque semaine, et trois à quatre séances d’exercice à la maison. Au total, le deuxième groupe a dû marcher environ cent cinquante minutes et faire trente minutes d’exercice par semaine.

Au bout de deux ans et demi, les volontaires "sportifs" étaient 28 % moins nombreux à être devenus dépendants, c'est-à-dire incapables de marcher 400 mètres sans aide extérieure, et 18% moins nombreux à avoir connu un épisode d’incapacité physique. Toutefois, le groupe des "sportifs" a enregistré un peu plus de cas d’hospitalisation durant l’étude que les seniors ayant simplement suivi des enseignements sur la santé.

Cette étude démontre ainsi les bienfaits de la prévention pour retarder, voire éviter la dépendance chez les seniors. L’expérience a également mis en avant l’intérêt économique d’un tel procédé : le coût annuel du suivi "sportif" des seniors est en effet largement inférieur aux dépenses en soins infirmiers pour les personnes dépendantes.

Sources : Le Point, JAMA