Quand McCartney compose la mélodie… des émoticônes Skype

Article mis à jour le 

McCartney lors d'un concert en 2009
McCartney lors d'un concert en 2009

Paul McCartney, le célébrissime ex-Beatles, écrit en ce moment quelques-unes des musiques qui accompagneront sous peu les émoticônes Skype. Il s’agira des mélodies les plus courtes jamais composées par le musicien.

Non, il ne s’agit pas du prochain album de l’ancien Beatles mais bien d’une collaboration avec le service de téléphonie par Internet, Skype. Mercredi 10 février, celui-ci a fait savoir qu’il composait actuellement des morceaux d’un genre nouveau, dont le format est nettement plus court qu’à l’accoutumée. Et pour cause : ces derniers seront destinés à emboîter le pas des émoticônes de Skype. Si la rock star a au départ jugé la proposition bizarre, elle s’est finalement décidée en se disant que ce  nouvel exercice pouvait s’avérer amusant. Au programme, donc : une vingtaine de mélodies renvoyant chacune à une émotion bien spécifique, avec par exemple une progression douce au xylophone ou des sons de guitare plus rentre-dedans. À noter que certaines de ces mélodies, dont la vidéo ci-dessous donne un aperçu en marge d'un enregistrement en studio, sont attendues pour la Saint-Valentin.

 

Un projet plus épineux qu’il n’y paraît

Au-delà du coup de communication aussi bien valable pour le service de téléphonie que pour McCartney, le challenge n’en reste pas moins complexe à mettre en œuvre pour le musicien. Et pour cause : il est cette fois nécessaire de resserrer l’interprétation musicale sur une seule émotion, le tout en cinq secondes. Selon McCartney, le plus difficile reste les émoticônes relatifs au flirt et au rougissement.

 

McCartney, sensible aux projets qui font du bruit

Du haut de ses 73 ans, Paul McCartney n’en est pas à sa première collaboration saugrenue. Ces dernières années, il s’était notamment lancé dans des expérimentations musicales avec le rappeur Kanye West, ou encore avec la starlette du R&B Rihanna. Il n’empêche : quoi qu’en dise l’un des plus grand songwriter du Fab Four, les chansons courtes étaient déjà depuis longtemps le propre des Beatles. Quid de Love Me Do, She Loves You ou encore de I Want to Hold Your Hand, dont pas une n’atteint les 2 minutes ? Ou mieux encore : Her Majesty, ghost song de 23 secondes caché sur Abbey Road.

Pour rappel, l’une des collaborations les plus symboliques entre un musicien de renom et un géant des nouvelles technologies remonte peut-être à 2001. Il s’agissait alors du titre Like Humans Do de David Byrne (ex Talking Heads) dissimulé sous Windows XP.

 

Sources : clubic, leparisien