Pourquoi les médecins généralistes ferment-ils leurs cabinets ?

Article mis à jour le 

Quid de la grève généralisée des médecins ?
Quid de la grève généralisée des médecins ?

MG France, le principal syndicat des médecins généralistes en France, a appelé ses membres à fermer leur cabinet à partir du 5 octobre. Cette grève intervient alors que le projet de loi santé initié par la ministre de la Santé Marisol Touraine passe devant le Sénat.

Certains médecins généralistes ont fermé leur cabinet lundi 5 octobre pour demander le retrait du projet de loi santé. Ce texte initié par Marisol Touraine prévoit de généraliser le tiers payant. De telle sorte que les patients n’auront plus à avancer les frais.

 

Les raisons de la mobilisation

Claude Leicher, président du syndicat MG France, dénonce l’absence d’investissement dans les soins de proximité. Il avance que le tiers payant généralisé alourdit les tâches administratives incombant aux médecins. Tâches qu’ils ne pourront remplir en l’absence de secrétariat. Les médecins s’opposent également à ce qu’ils qualifient d’étatisation de la santé, mettant en péril l’exercice libéral de leur profession.

 

Vers une disparition des soins de proximité

Selon toujours le Dr Leicher, la population a de plus en plus de mal à trouver un médecin traitant. Il souligne également que les généralistes partant à la retraite n’ont pas de successeurs. Selon lui, c’est la population qui paiera le prix fort du manque d’investissement dans les soins de proximité. Il rappelle que 300 millions de patients consultent les médecins généralistes chaque année.

 

Une grève généralisée

Les autres syndicats de médecins libéraux ont convié leurs membres à fermer leurs cabinets du 3 au 6 octobre. Il est à rappeler que le projet de loi santé sera voté au Sénat le 6 octobre avant son retour devant l’Assemblée Nationale. À noter que samedi 3 octobre, 300 manifestants, dont des médecins et des patients, ont défilé dans les rues de Bordeaux. En parallèle, une opération escargot a été menée sur l’autoroute A15, en région parisienne.

 

Sources : rfi, liberation