Méfiez-vous des prétendus appels sur vos démarches administratives

Article mis à jour le 

Le "ping call" est une pratique très courante en matière d'arnaques téléphoniques
Le "ping call" est une pratique très courante en matière d'arnaques téléphoniques

Prenez garde aux messages téléphoniques à propos d’obscurs démarches administratives. Car ces appels ou messages sur répondeur, bien qu’a priori tout ce qu’il y a de plus sérieux, sont des arnaques pour vous inciter à rappeler un numéro surtaxé.

Peut-être avez-vous dernièrement relevé un message vocal évoquant une information importante sur vos démarches, dit "indépendant des administrations françaises". Le ton de la voix semble sérieux, engageant, et vous somme de rappeler un 08 pour prendre connaissance du message. Problème : le numéro en question est facturé 3 euros en sus du tarif d’un appel local. C’est ce qu’on appelle un "ping call", une arnaque aux appels en absence.

Le prix en question est bien stipulé par une voix, mais à un volume sonore si bas et à un débit si rapide qu’il n’est pas toujours évident d’en prendre note pendant le message. Ce dernier, enregistré à toute vitesse, est de nature à susciter plusieurs rappels de la part de  la victime de l’arnaque. Un code d’accès personnel est en effet transmis (faux, évidemment), mais celui-ci doit être noté dans son intégralité. De fait, les 3 euros facturés à chaque appel sont susceptibles de considérablement faire gonfler la facture.

Vérifiez les numéros non répondus sur Internet au préalable

De tels numéros indésirables ne manquent pas. Le mieux est donc, dès que vous avez un doute, de rentrer le numéro en question dans un moteur de recherche pour s’assurer qu’il n’a pas été déjà évoqué par d’autres personnes comme une arnaque. Les sites Arnaque-telephone.com et Aquiestcenumero.com sont entre autres efficaces à ce titre.

D’autre part, il est possible de signaler les SMS indésirables à la plateforme 33700, qui lutte contre les abus.

Rappelons que près d’1,5 millions d’appels téléphoniques et SMS ont été enregistrés comme suspects en 2015, soit une hausse de 70 % par rapport à 2014.

 

Sources : europe1, lefigaro