Où est-on le mieux payé en France ?

Article mis à jour le 

À travail égal, le salaire diffère de région en région. Mais quelles sont donc les villes qui payent le mieux leurs employés ? C’est le sujet qu’à mis en relief l’étude du Journal des Entreprise ce vendredi 5 juillet. Evidemment, l’Île-de-France est bien lotie avec Paris, mais les autres métropoles françaises la suivent de très près.

À partir des données Dads (Déclaration annuelle de données sociales) de 2010, le Journal de l'Entreprise a réalisé l’infographie de la France selon les salaires des employés. Sans grand étonnement, ce sont les métropoles qui arrivent en tête, mais l’enquête montre surtout de grandes disparités dans l’Hexagone.

Les régions PACA et Rhône-Alpes toujours aussi dynamiques

Bien évidemment, pas la peine d’être un grand statisticien pour deviner que l’Île-de-France est première du classement. Avec un salaire brut annuel moyen de 39 797 €, les Franciliens gagnent 20,5 % de plus que la moyenne française, estimée à 33 003 €.

Bien classées aussi, les régions PACA et Rhône-Alpes succèdent aux Franciliens, avec un salaire respectif de 32 517 € pour la première et de 32 032 € pour la seconde. Mais les frontières semblent avoir du bon puisque l’Alsace (31 789 €), le Midi-Pyrénées (31 547 €) et l’Aquitaine (31 061 €) complètent ce classement.

On peut évidemment relier ce phénomène à la présence de métropoles influentes dans ces régions. En dehors de l’Île-de-France, Aix-en-Provence, Lyon et Bordeaux sont les trois villes qui rémunèrent le mieux leurs salariés.

L’Ouest et le Centre en retrait

Pourtant, il est important de voir qu’une partie de l’Ouest et du Centre de la France n’atteignent pas un poids salarial similaire à leur voisines. Ainsi, les Pays de la Loire et la Bretagne ne se positionnent qu’en 17ème et 18ème position malgré la présence de Rennes et Nantes qui s’imposent comme des métropoles aux poids salarial conséquent. Il en est de même pour le Limousin et le Poitou-Charentes qui arrivent à la fin du classement avec un salaire brut annuel de 29 120 €.

En plus de pouvoir, à peu près, situer quelles villes sont les plus rémunératrices, l’étude indique aussi quels sont les secteurs qui payent le mieux. Le secteur de la Finance et des assurances (49 881 €) et de la Communication (46 951 €) ont visiblement un poids supérieur à la moyenne. À l’inverse le secteur de l’Hôtellerie (24 589 €), et celui de l’Administration, de l’Enseignement et de la Santé (28 383 €) sont en fin de classement.

Lorsque rémunération et productivité sont liées

En s’appuyant sur une étude de l’Insee ayant pour sujet la politique salariale et les performances des entreprises, le Journal de l’Entreprise apporte aussi quelques éléments autour de ces chiffres. En clair, les entreprises qui rémunèrent le plus sont les plus productives, mais attention à ne pas croire pour autant qu’un salaire élevé incite les salariés à être plus performants. De base, si l’entreprise est productive, elle sera plus rémunératrice.

D’autre part, à en voir les secteurs les plus fructifiants, plus la formation est élevée plus le salaire le sera. Ainsi, comme le rapporte Philippe Couteux, secrétaire confédéral à la CFDT, les diplômés à Bac +5 sont plus susceptibles d’avoir été augmentés que les titulaires d’un diplôme inférieur au Baccalauréat. Des inégalités sont même visibles en termes de rémunération : lorsque l’on fait partie des 25 % les mieux rémunérés, on a 53 % de chance d’être augmenté. En revanche, les 25 % les moins rémunérés, eux, ne seront augmentés que de 38 %.

Sources : Challenges ; le Journal de l’Entreprise