Auto : mise en service des premiers radars embarqués

Article mis à jour le 

Ça y est, c'est aujourd'hui que les premiers radars mobiles nouvelle génération sont déployés dans 18 départements de France, avec pour objectif d'étendre le dispositif à l'ensemble de l'Hexagone d'ici trois ans. Mais à peine leur mise en circulation a-t-elle été officialisée que les rumeurs les plus folles inondent déjà le web.

"La nouvelle voiture radar est arrivée dans notre région et met 9 procès verbal minute ! C'est une mégane ordinaire immatriculée CG 792 AV. Fais tourner." Sur les réseaux sociaux, à travers les chaines de mail, de SMS ou encore sur de nombreux forums, les rumeurs de ce type sont nombreuses. Mais comme le souligne LePopulaire.fr, ces ragots seraient en réalité que de fausses informations. Même si le site abcmoteur.fr affirme pour sa part que les plaques commencent toutes par CG et se terminent par AV. Quoiqu'il en soit, les radars mobiles s'installent à compter de ce vendredi 15 mars 2013 dans quelques 18 départements français.

Des voitures banalisées aux flashs indétectables

Particularité des nouveaux radars déployés ce jour : leur discrétion. Embarqués dans des voitures de police ou de gendarmerie banalisées s'insérant dans le trafic, ils peuvent ainsi flasher plus facilement les automobilistes les dépassant. Les 20 premiers radars de cet acabit sont désormais en usage à Paris et dans 17 autres départements : Somme, Oise, Loiret, Ille-et-Vilaine, Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Rhône, Nord, Moselle, Loire-Atlantique, Gironde, Calvados, Pyrénées-Orientales, Vaucluse, Loir-et-Cher, Alpes-Maritimes, Essonne.

D'après les informations recueillies par Le Parisien, les véhicules banalisés (vraisemblablement des Mégane) disposeront, caché dans la plaque d'immatriculation avant de la voiture, un radar permettant de contrôler par infrarouge les vitesses des véhicules. Tant et si bien que le fameux flash ne sera donc pas perceptible. Dans un premier temps, seront contrôlés uniquement les véhicules qui doublent la voiture banalisée. Mais dès l'été prochain, les voitures équipées de ce dispositif mesureront également la vitesse des véhicules qui les croisent.

À noter que seuls les grands excès de vitesse – au-delà de 146 km/h sur autoroute, de 124 km/h sur voie express, 102 km/h sur les nationales et départementales et au dessus de 61 km/h en agglomération – seront sanctionnés.

Sources : abcmoteur, Le Populaire, Le Parisien