Moody's dégrade la note de la France : plus que 12 pays triple A dans le monde

Article mis à jour le 

C'est désormais au tour de l'agence Moody's d'abaisser la note de la France de AAA à Aa1. Depuis janvier 2012, il ne reste plus que 12 pays à bénéficier de la meilleure note attribuée par les agences de notation Moody's, Fitch et Standard & Poor's.

Aujourd'hui, le monde ne compte plus que douze pays classés AAA. On trouve d'un côté ceux qui renferment dans leurs sous-sols d'importantes réserves de matières premières comme le Canada ou l'Australie. Au centre, les pays où la fiscalité est intéressante, tels que Singapour, la Suisse ou bien le Luxembourg. Et à l'autre bout, les pays nordiques dont l'économie semble presque infaillible, parmi lesquels la Suède, la Norvège, la Finlande, les Pays-Bas ou encore le Danemark.

Dans la zone euro, seuls quatre pays continuent de bénéficier de la note maximale : c'est le cas des Pays-Bas, du Luxembourg, de l'Allemagne et de la Finlande – ces deux derniers semblant par ailleurs les moins exposés à une prochaine dégradation. Outre manche, et malgré le mauvais état de ses finances publiques, le Royaume-Uni reste également dans le club dorénavant très sélect des pays notés AAA. D'après les principales agences de notation, ce traitement de faveur repose sur la politique monétaire indépendante permettant une meilleure flexibilité au pays, contrairement aux états de la zone euro cadenassés par la BCE (Banque Centrale Européenne).

À partir de la crise de la dette en Grèce en 2010, les agences de notation n'ont cessé de rythmer l'actualité économique par leurs dégradations et de bouleverser le cours boursier des principales puissances de la planète. Des rebondissements qui continuent de poser la question de leur crédibilité et de leur rôle dans la crise économique mondiale. Voilà maintenant un an et demi que les États-Unis, première puissance mondiale, se sont vus retirer leur triple A. Contrairement à ce que l'on pouvait craindre, le désordre sur les marchés aura été de courte durée. À l'heure où la France se voit déclassée par Moody's, le mécanisme est identique. Désormais, les marchés semblent anticiper davantage les changements de note.