Vous n'avez pas le moral et vous sentez déprimé ? Méfiez-vous de votre chat !

Article mis à jour le 

À en croire une étude pour le moins surprenante dévoilée par le site Popular Science, les chats détesteraient les personnes trop déprimées. Une théorie que les chercheurs expliquent par une corrélation cependant un peu floue…

Popular Science a mis au jour une étude pas comme les autres il y a quelques jours. La conclusion de celle-ci : les chats ne supporteraient pas les personnes n'ayant pas le moral. Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont épluché les dossiers médicaux de plus d'1,3 million de personnes sur dix ans. Résultat, il n'est pas impossible qu'un lien existe entre les morsures de chat et la dépression.

Afin d'étayer cette thèse, les scientifiques soulignent que 41 % des personnes qui se sont rendu à l'hôpital pour des morsures de chat étaient par ailleurs traitées pour dépression, parmi lesquelles 86 % de femmes. Moralité, si l'on en croit l'étude, une femme qui viendrait de se faire mordre par son chat aurait pas moins de 50 % de chance d'être diagnostiquée dépressive.

Le chat, ennemi public n°1 ?

Selon une étude relayée par Plos One, et une autre évoquée dans nos colonnes, posséder un animal de compagnie, en particulier un chat, apporterait pourtant nombre d'avantages en matière de santé physique et mentale. Avoir un animal à la maison limiterait ainsi l'hypertension artérielle ou encore le stress.

Mieux encore : une étude suisse démontrait en 2001 que les personnes vivant seules gardaient plus facilement le moral quand elles avaient un animal de compagnie. De fait, il est fort probable que les femmes et les hommes déprimées se réconfortent auprès de leur chat ou en adoptent un pour ne pas déprimer.

Toutefois, comment expliquer que la dépression de leur maître rende les chats potentiellement agressifs ? Pour les chercheurs, les animaux auraient tendance à être violents lorsque leur propriétaire change de comportement ou qu'il ne réagit plus suffisamment à leurs désirs. Par exemple, il n'est pas rare que les personnes déprimées aient le regard vague et ne porte plus l'attention "visuelle" habituelle à leur chat. Ce qui va pousser celui-ci à attirer l'attention, quitte à en passer par la méchanceté…

À noter que pour l'anecdote, le chat domestique est considéré aux États-Unis comme un redoutable prédateur, qui ne serait autre que la première cause de mortalité pour la faune sauvage.

Et si vous étiez déprimé à cause de votre chat ?

Dans l'étude révélée par Popular Science, un autre élément de conclusion étonne : la morsure d'un chat pourrait rendre dépressif. Pourquoi ? Parce qu'il n'est pas impossible que cette dernière transmette à la personne concernée le parasite Toxoplasma gondii. Pour rappel, ce protozoaire porté par les chats (essentiellement ceux sortant à l'extérieur) serait à l'origine de changements au niveau du cerveau humain. Raison pour laquelle les chercheurs n'excluent pas la possibilité que cette infection, qui libère des cytokines inflammatoires, soit à l'origine de l'état dépressif observé chez de nombreux patients.

En outre, l'étude estime que l'infection entraînée par ce parasite est responsable de la hausse du taux de suicide chez les femmes – le scientifique Jaroslav Flegr évoque quant à lui des cas de schizophrénie –. À tel point que les scientifiques invitent, en conclusion de leur recherche, les femmes victimes d'une morsure de chat à se faire dépister si elles jugent que leur comportement n'est plus le même qu'auparavant. D'après Le Figaro Santé, entre 250 000 et 500 000 morsures de chat auraient lieu en France, ce qui génèrerait pas moins de 70 000 passages aux urgences (soit près d'un cas sur trois). Une hospitalisation non pas liée à la gravité de la morsure mais à la présence de bactéries issues de la salive de l'animal, germes qui ne seraient pas ce que l'on peut appeler les amis de l'homme.

Des risques bien réels, mais à relativiser…

Il ne fait aucun doute que les bactéries transitant dans la salive d'un chat peuvent provoquer une infection, mais il suffit pour s'en prémunir de savonner la plaie soigneusement et de la désinfecter. De même, à en croire les vétérinaires, bien placés pour aborder cette question, les chats n'ayant jamais connu l'extérieur ont très peu de chance d'être porteurs de la toxoplasmose (les germes de celle-ci sont présents dans la terre qu'ils grattent). Aussi, un félin contaminé par cette maladie ne peut la transmettre que durant 48h au maximum (par le biais d'une morsure ou à travers ses excréments). Bref, si le risque de contamination existe bel et bien, il reste néanmoins très limité.

Sources : Popular Science, Plos One, HuffPost, BFMTV, LeFigaroSante, Atlantico