Moustique : et si le ventilateur était le meilleur rempart contre les piqûres ?

Article mis à jour le 

D'après l'American Mosquito Control Association, l'association américaine du contrôle des moustiques, le ventilateur serait un de nos meilleurs alliés pour éviter les piqûres de moustiques. La raison en est simple, mais néanmoins scientifique. Explications.

Imaginez-vous quelques secondes dans la peau d'un moustique, volant à la recherche d'une proie à qui vous pourriez dérober quelques microlitres de sang. En dehors des éventuelles odeurs (anti-moustique, huiles essentielles, etc.) et prédateurs qui pourraient remettre en question votre projet, quel est, à votre avis, l'autre grand danger dont vous devez vous méfier ? La réponse n'est autre que le vent.

Certes, l'idée peut paraitre évidente, mais encore fallait-il y penser. Résultat : le meilleur rempart contre les moustiques est peut-être le même que celui que vous utilisez pour rafraichir vos soirées estivales. Et non, il n'est pas ici question du vin blanc mais de ventilateur. C'est du moins ce que recommande le journaliste du New York Times William J. Broad, qui a pu notamment évaluer l'astuce au cours d'un barbecue entre amis.

À contre courant

Pour étayer cette suggestion, le journaliste ne s'est pas contenté de s'appuyer simplement sur sa propre expérience ou sur l'idée de son ami Frank Swift, qui a pensé au vent en se mettant à la place de l'insecte buveur de sang. Non, Broad s'est également renseigné auprès de spécialistes avisés, parmi lesquels l'association américaine du contrôle des moustiques (American Mosquito Control Association).

Or, le ventilateur figure parmi les recommandations de l'association pour lutter contre les piqûres de moustiques. Comment l'expliquer ? Tout simplement parce que le moustique vole à une vitesse comprise entre 1,6 et 2,4 kilomètres par heure, selon son espèce. Autrement dit, il suffit d'un simple coup de vent pour le faire dévier de sa trajectoire.

Mais ce n'est pas tout : il est important de savoir que le responsable de nos piqûres parvient à nous détecter grâce au dioxyde de carbone que nous propageons. Ainsi, non content d'empêcher le moustique de nous approcher, le ventilateur permet aussi de disperser notre odeur. Lorsqu'il détecte la présence de dioxyde de carbone, l'insecte effectue des zigzags pour en identifier la source. Une habitude rendue pour le moins périlleuse voire impossible par la ventilation.

Faut-il mieux opter pour un ventilateur fixe ou oscillant ?

Comme le souligne le blog eHow, relayé par William Broad, les modèles oscillants seraient les plus efficaces, dans la mesure où la surface qu'ils couvrent est nettement plus étendue. Reste que si vous en avez assez des sempiternels sprays, lotions et autres bougies dont l'efficacité est parfois contestable et dont les composants chimiques sont douteux, le ventilateur pourrait bien faire votre bonheur.

En cas contraire, sans doute devrez-vous vous rabattre sur les remèdes classiques et naturels aux piqûres, à l'instar de :

- la glace ;

- des huiles essentielles ;

- du vinaigre ;

- du miel ;

- d'un vieux sachet de thé ;

- du bicarbonate de soude ;

- du basilic ;

- du citron ;

- de la menthe poivrée ;

- de la peau de banane ;

- de l'aloe.

Sources : New York Times ; eHow ; American Mosquito Control Association