Moustique-tigre : soyez vigilants cet été

Article mis à jour le 

Même si le temps nous joue des tours, l’été approche et amène avec lui son soleil, sa chaleur et… ses moustiques : l’incontournable bête noire de la saison. Or, cette année, le temps humide du printemps a permis au moustique-tigre de proliférer et doit donc être surveillé attentivement. Responsable du virus du chikungunya ou de la dengue, il s’implante peu à peu en Europe. La vigilance est donc requise mais pas d’inquiétude pour autant : muni de vos smartphone et d’une bonne connexion internet, de nombreuses applications vous permettent de localiser les zones à éviter.

On peut dire que la météo n’est pas en notre faveur. En plus de retarder la pousse et la culture des fruits et légumes de saison, les pluies qui ont rythmé le mois de mai, auxquelles ont succédé la brutale arrivée de la chaleur, favorisant ainsi l’éclosion des œufs d’un certain type d’insecte : le moustique-tigre.

17 départements concernés par le moustique-tigre

On en avait déjà entendu parler il y a quelques années, bien qu’il soit d’origine d’Asie du Sud-est, le moustique-tigre a proliféré peu à peu jusqu’en Europe. En 2011, on estimait qu’il était déjà présent dans 9 départements en France. Aujourd’hui, le moustique aurait déjà colonisé 17 départements et tout particulièrement le Sud de la France. De quoi enclencher la sonnette d’alarme des autorités sanitaires.

En effet, le moustique-tigre est un fameux colonisateur qui se déplace grâce aux réseaux routiers dans les transports de marchandises. Il est connu pour être porteur de maladies telles que la dengue ou le chikungunya, des maladies tropicales non mortelles mais très douloureuses par leurs fièvres élevées.

Comment s’en protéger ?

Comme cette espèce semble s’étendre de façon rapide, nous sommes voués à devoir cohabiter avec. Pas la peine de paniquer pour autant, quelques astuces vous aideront à éviter de vous faire infester.

Pour éviter de se faire piquer, il est bon de rappeler quelques gestes simples : d’une part,  armez-vous de bracelets anti-moustiques pour vous protéger tout le jour. En extérieur et tout particulièrement la nuit, misez sur les lampes à ultraviolet qui les attireront et les brûleront. De nuit, lorsque vous dormez, utilisez, si vous en avez en votre possession, un climatiseur : l’activité des moustiques sera alors freinée par le froid. Vous pouvez également protéger votre peau en y appliquant des crèmes et gels répulsifs.

Géolocaliser les moustiques

Par ailleurs, afin de vous tenir informé de leurs avancées et savoir si vous avez des risques de tomber nez à nez avec ce moustique au corps tigré, des applications et sites ont répertorié les zones les plus colonisées de France.

Le site vigilance-moustiques géolocalise sur la carte de France les différentes zones plus ou moins touchées. Mis en place par Stéphane Robert, le responsable d’un produit anti-moustique, la carte permet à l’utilisateur de savoir si une alerte concerne son département (en rouge), si des piqûres ont été signalées (en orange) ou si les conditions météorologiques sont favorables à la prolifération de l’insecte (en jaune). La carte évolue donc au jour le jour puisqu’elle est mise à jour quotidiennement selon les données recueillies par 2 000 pharmacies.

Pour ceux qui voyageraient et qui seraient adeptes de leur smartphone, l’application gratuite iMoustique disponible sous iOS et bientôt sous Android permet aux utilisateurs de recenser les zones infestées du moustique-tigre. Lorsqu’ils croisent un moustique ressemblant à l’espèce recherchée, ses utilisateurs peuvent le prendre en photo puis l’envoyer à l’EID (Etablissement interdépartemental pour la démoustification du littoral Atlantique) chargé par le ministère de la Santé de surveiller la prolifération de ces insectes. Et pour ceux qui n’auraient pas l’âme d’un insectologue, un mini guide leur permet de distinguer les différents insectes entre eux, beaucoup faisant la confusion entre le cousin et le moustique-tigre.

Sources : 20minutes ; Laprovence.com et SudOuest.fr