Noël 2014 : les Français revoient (encore) leur budget à la baisse

Article mis à jour le 

Toujours aussi impactés par la crise et sceptiques face à l’avenir, les Français envisagent de lever le pied sur leurs dépenses cette année à Noël. Selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte, leur budget global reculerait ainsi de 4,5 % par rapport à 2013, soit d’une trentaine d’euros.

Si les Français ne sont pas prêts de négliger les fêtes, et tout particulièrement Noël, l’augmentation du chômage et l’incertitude de la situation économique des années à venir les poussent une nouvelle fois à restreindre leurs dépenses.

D’après une étude menée auprès de 17 000 consommateurs européens par le cabinet Deloitte, la somme des dépenses consacrée aux cadeaux, repas de Noël et autres sorties de fête ne dépassera pas 518 euros en 2014. En comparaison à 2013, la baisse s’élève à 4,5 % - alors qu’elle n’atteignait même pas 1 % l’an passé. D’après Deloitte, il s’agit donc de la baisse la plus importante depuis 2010.

Alors que les consommateurs français avaient augmenté leurs dépenses de Noël en 2011 et 2012, la situation s’est dégradée l’an dernier, sous l’effet de la crise et des prévisions pessimistes. Résultat, les consommateurs continuent de freiner leurs dépenses, et ce même pendant les périodes de fête. Cette année, les loisirs et les sorties seront les premiers à faire les frais de ces arbitrages, reculant de 17,7 % soit 48 euros. Même chose du côté du repas de Noël et des cadeaux, abaissés respectivement de 3,3 %, à 168 euros, et 2,7 %, à 303 euros.

Aussi : Cadeaux de Noël pas chers : nos idées cadeaux

Un Noël surtout célébré en famille et à la maison

D’après Deloitte, le Noël de 2014 sera avant tout fêté en famille et à la maison. Côté cadeaux, le cercle familial très proche sera privilégié. Et tandis que les dépenses consacrées au conjoint reculeront de 2 %, celles pour les enfants resteront stables, alors qu’elles augmentaient de 3 % l’année dernière. Enfin, le budget dépensé pour les adultes se réduit fortement (-12 %).

Sources : europe1, deloitte