Noël : 2/3 des cadeaux High-Tech espérés ne seront pas sous le sapin cette année

Article mis à jour le 

D'après une enquête réalisée par Deloitte, un des principaux cabinets d'audit et de conseils dans le monde, le décalage entre les souhaits des Français pour Noël et ce qu'ils recevront réellement est considérable.

Au même titre que de nombreux pays européens, la France connait actuellement une importante récession. Conséquence : la crise se fait sentir jusque dans le porte monnaie des Français à l'approche des fêtes de fin d'année, selon l'étude du cabinet Deloitte. Portant sur 18 pays dont la France, celle-ci montre que les habitants de l'Hexagone ne seront cette fois pas disposés à casser leur tirelire pour Noël. À l'inverse, ils ne verront que très peu de leurs souhaits se concrétiser. Et seulement 1/3 des cadeaux High-Tech escomptés se glisseront sous le sapin le 25 décembre.

Sur le podium des cadeaux les plus attendus de Noël 2012, en France mais aussi dans toute l'Europe, figurent l'argent, les chèques cadeaux et les livres. Encore une fois, les appareils High-Tech sont aux abonnés absents. À l'heure où les Français sont toujours plus nombreux à espérer se voir offrir une tablette tactile (19 % de la population) ou un smartphone (17 % de la population), la déception risque d'être amère pour certains.

Par rapport à l'an dernier, les intentions d'achat ont presque été divisées par deux pour les tablettes et par trois pour les smartphones. Ce sursaut de prudence s'explique en partie parce que les acheteurs craignent une prochaine dégradation des conditions économiques. Ainsi, 57 % d'entre eux  indiquent jouer la carte de la prudence.

Pas de panique toutefois du côté des plus jeunes : cette année, les bambins devraient être gâtés d'après les prévisions optimistes de la Fédération française des industries du jouet et de la puériculture. Celle-ci avait comptabilisé 243,3 millions de jouets vendus en 2011. Et en 2012, le secteur du jouet affiche une croissance de 6 %. Les adolescents ne seront quant à eux pas en reste : le jeu vidéo reste le premier achat pour les 11 – 16 ans.