Noël : 5 idées pour gâter ses enfants sans se ruiner

Article mis à jour le 

Baisse de pouvoir d'achat oblige, les parents sont toujours plus nombreux à abandonner les magasins de jouets au profit des sites internet. Mais pour économiser de l'argent, d'autres solutions existent. Voici une sélection de cinq bons plans.

Tandis que le secrétariat du Père Noël vient d'ouvrir ses portes, nombreux sont les enfants qui à compter d'aujourd'hui vont prendre la plume pour lui envoyer leurs missives. Mais pour concrétiser comme il se doit cette liste lourde d'attentes, encore faut-il que les parents dont le budget ne cesse de baisser d'année en année parviennent à financer les cadeaux espérés. Car ne l'oublions pas : les présents des enfants comptent tous les ans pour près de moitié dans le budget total de Noël, d'après l'étude du cabinet Deloitte. Voici cependant quelques astuces pour effectuer ses achats au meilleur prix.

N'attendez pas et achetez dès à présent !

Les habitués connaissent la chanson : mieux vaut se lancer dans les courses entre septembre et novembre pour bénéficier des meilleures promotions sur internet. Pourquoi ? Parce que dès le mois de décembre, les marchands augmentent aussitôt fortement les prix des jouets. De même, 8 % des consommateurs ayant effectué leurs commandes sur internet en décembre admettent ne pas avoir reçu leur commande à temps. Résultat : il est donc crucial de s'y prendre dès maintenant pour éviter les déconvenues et les fameuses ruptures de stock observées tous les ans sur la Toile comme dans les magasins.

… à condition de bien comparer les prix

Pour bénéficier du meilleur tarif sur un produit, vous devez absolument prendre le temps de tout vérifier, et ce surtout sans oublier les frais de livraisons. Pour ce faire, de nombreux sites internet sont à disposition, à l'instar de Kelkoo.fr, Twenga.fr, Touslesprix.com, Achetezfacile.com, Prixmoinscher.com ou encore Leguide.com. À noter qu'un certain nombre de ces outils disposent d'un système d'alerte par e-mail pour avertir le consommateur dès que le tarif du produit souhaité baisse.

N'oubliez pas les sites de ventes privées

Les sites internet proposant des ventes privées sont de plus en plus nombreux sur internet, à l'instar de vente-privee.com ou showroomprive.com. Ces derniers permettent souvent de bénéficier de très importantes promotions sur une sélection de produits divers. Mais attention : le tout est d'être réactif pour en profiter, les démarques proposées ne durant la plupart du temps que trois ou quatre jours. Pire : quelques heures seulement suffisent la plupart du temps à écouler les produits les plus convoités. Cependant, il n'est évidemment pas ici question des nouveautés de l'année…

Pour les plus pressés : le "click and collect"

Système lancé depuis peu, le "click and collect" – sorte de drive élargi à tous les produits - permet au consommateur de choisir et réserver le produit qu'il souhaite en ligne quand il le souhaite et de venir le récupérer ensuite en magasin. Mieux : si l'on ne peut pas se déplacer, un service de livraison est accessible sans frais supplémentaire. De nombreux magasins proposent déjà ce système, comme Oxybul (Eveil et jeux), Nature et découvertes, le BHV, ou encore Auchan.

Prêter une oreille à ce que racontent les autres parents

Chaque année, il n'est pas rare que les jouets offerts aux enfants ne soient pas adaptés à leurs besoins et finissent leur vie dans un coin de la chambre. Pour éviter ce phénomène, il est donc important que les parents se renseignent sur les retours des autres familles à propos de tel ou tel jouet. Or, bonne nouvelle, un site internet a spécialement été conçu à cet effet : Approuveparlesfamilles.com. Non content de recenser les conseils, les notes et les commentaires des autres parents, cette plateforme est également capable de comparer les offres, d'indiquer la moyenne des prix et ainsi d'identifier le meilleur tarif.

Enfin, la location de jouets (ex : club des petits loups) peut être une bonne solution pour s'assurer que votre enfant est satisfait par tel ou tel jouet.

Sources : Deloitte, LeParisien