Un nourrisson a été glué par un chirurgien américain

Article mis à jour le 

Vous n'aimez pas tellement les aiguilles et les scalpels ? Rassurez-vous, la médecine passe à la superglue. Aux grands maux les grands remèdes, semble-t-il. Un jeune couple fêtait l'agrandissement de leur famille : leur petite fille était née. Quelques jours se passent et l'enfant commence à avoir un comportement étrange : il est calme, peut-être trop, à tel point que ses parents ne parviennent pas à le réveiller pour le nourrir. Ils tirent le signal d'alarme, branle-bas de combat général, tout le monde est mobilisé pour sauver la petite Ashlyn. Diagnostic : un anévrisme.

Chirurgien inconscient ou incroyablement doué ?

La procédure standard pour un anévrisme est d'ouvrir le crâne et d'opérer le patient. Mais pour un bébé d'une vingtaine de jours, la chirurgie est délicate, voire impossible. Alors, afin de résorber le plus rapidement possible la fissure, les médecins l'ont tout simplement collée. Ils ont utilisé une colle chirurgicale et stérile qui "est littéralement le même composé que la super-glue que vous pouvez trouver dans un magasin", explique le neurochirurgien pédiatrique en chef de l'opération, Koji Ebersole. Incroyable ? Peut-être pas tant que ça, car la superglue a été utilisée précisément dans ce but pendant de nombreuses années.

Les origines de la super glue

Durant la Guerre du Vietnam, le chimiste Harry Coover cherche à créer un nouveau matériau extrêmement solide, plus léger, et surtout transparent, pour différents équipements militaires. C'est un échec. Cependant, si ce fluide ne convient pas à des viseurs ou des visières, il s'aperçoit qu'il permet de joindre 2 objets ensemble, de façon incroyablement résistante et ce, en quelques secondes. La superglue, ou Cyanoacrylate, vient d'être inventée. Celle-ci est donc distribuée dans les rangs de l'armée pour suturer rapidement une plaie, sans avoir besoin d'utiliser fils et aiguilles. Les avantages sont nombreux : quelques gouttes suffisent, c'est quasi-immédiat et excessivement résistant.

la superglue est utilisée pour fixer tout et n'importe quoi

Pourquoi utilise-t-on encore des pansements ?

Les avantages sont nombreux : c'est peu encombrant, la colle résiste naturellement aux microbes puisque son étanchéité est remarquable - contrairement au pansement classique -, elle utilise l'humidité ambiante pour se fixer sur la plaie et s'adapter, elle est souple et cicatrisante et, enfin,  permet un meilleur maintien de la suture. Mais les risques sont très grands aussi sans être nombreux pour autant : mal utilisée, vous pourriez renfermer des microbes qui se développeraient alors dans la plaie, et contracter des infections très sérieuses.

Néanmoins, les cyanoacrylates sont utilisés pour des soins dentaires, des ulcères, et de nombreuses autres chirurgies sans suture, mais ne sont manipulés que par des professionnels. Certains médecins font cependant la promotion de certaines colles pour un usage exceptionnel à la suite d'une petite coupure. D'autre part, en 2001, la Food and Drugs Administration a approuvé la commercialisation d'une version thérapeutique de la superglue.

Outre la médecine, dans la vie quotidienne

Dans notre quotidien, la superglue est utilisée pour fixer tout et n'importe quoi : effectuer des réparations rapides, mais aussi – certaines superglues sont si puissantes qu'elles le permettent –  bricoler sans clou ni vis. Or, ces nouvelles formules ultra résistantes ne seraient pas si révolutionnaires… En effet, Coover s'est fait remarquer à la télévision en se suspendant, en direct, à une barre de fer que le présentateur avait collée entre deux murs. Les deux hommes sont restés pendus à la barre sans que celle-ci ne tombe. Déjà révolutionnaire à l'époque, elle ne sera vraiment connue que dans les années 80, après que le chimiste décide de vendre son business… Depuis, la formule a changé pour diminuer la force d'adhésion, et ainsi éviter les accidents en cas de manipulation imprudente.

Voici la présentation de la colle chirurgicale Dermabond chez Medistore, et son utilisation lors d'opérations variées.

Sources : RTBF.be ; The New York Times ; Counsel and Health