Le nouveau PEA-PME est-il un bon placement pour les épargnants ?

Article mis à jour le 

Depuis le 5 mars, le PEA-PME est disponible pour les placements, outre le PEA classique. Les plus-values de ce nouveau plan d'épargne en actions investi dans les PME font l'objet d'une exonération après cinq ans.

Un petit nouveau a fait son arrivée début mars parmi les possibilités de placements, juste à côté du PEA traditionnel. Baptisé PEA-PME, ce plan d'épargne en actions va permettre aux ménages de financer des petites et moyennes entreprises et entreprises de taille intermédiaire. Avec ce dispositif, l'épargnant peut acheter dans la limite de 75 000 euros, des titres sociétés cotés ou pas, en passant directement par des professionnels ou non. À noter que les obligations d'entreprises peuvent être intégrées, mais seulement par des fonds. Mais au fait, le PEA-PME est-il un bon placement ?

PEA-PME : pour qui ?

Tous les épargnants majeurs et résidents fiscaux en France peuvent y souscrire. Pour ce faire, ils ont la possibilité d'ouvrir un PEA-PME en passant par un établissement de crédit, de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque de France, de La Banque postale ou encore celui d'une entreprise d'assurance assujettie au code des assurances. Petite subtilité : le cumul d'un PEA-PME et d'un PEA est possible, et même de le détenir dans deux établissements distincts.

PEA-PME : comment y souscrire ?

Les conditions de l'ouverture sont les mêmes que celles en vigueur pour un PEA. La souscription s'effectue soit via une banque soit via un courtier en ligne. Dès lors, le plan débouche sur l'ouverture d'un compte de titres et d'un compte en espèces liés, ou bien, s'agissant des plans ouverts via une entreprise d'assurance, sur la signature d'un contrat de capitalisation. À noter qu'il est préférable d'être conseillé dans ce cas de figure, car un investisseur mal informé, contrairement aux grandes capitalisations, va rencontrer des difficultés à alimenter son portefeuille avec des petites valeurs. En outre, l'épargnant peut opter pour un fonds spécialisé dont les gérants l'aideront, afin d'éviter les risques, à diversifier son portefeuille.

PEA-PME : quid des avantages fiscaux ?

Les avantages fiscaux sont identiques à ceux du PEA. Ainsi, à condition de bien respecter la détention minimum de cinq ans de placement, l'épargnant pourra capitaliser ses plus-values avec exonération d'impôts. Il n'y aura que les cotisations sociales de 15,5 % qui seront dues en cas de retrait de fonds du PEA-PME. Cependant, avant deux ans, le retrait est taxé à 22,5 %, sans compter les cotisations sociales. L'exonération d'impôt est également valable pour les dividendes versés dans le cadre du PEA.

PEA-PME : quid des bienfaits en matière d'épargne ?

Ce placement est un moyen efficace de dynamiser son épargne tout en participant au financement de l'économie. L'épargnant peut grâce à lui profiter de la progression des cours boursiers en échange des risques relatifs à ce type de placements. Il s'agit d'une alternative aux placements courts d'épargne offrant uniquement un taux d'intérêt. Pour rappel, d'après un sondage Actionaria et Opinion Way datant d'octobre 2013, l'ouverture d'un PEA-PME est jugé utile par la majorité des Français.

PEA-PME : quels risques ?

En tant qu'investissement sur les marchés boursiers, il présente un risque sur le capital investi, suppose une connaissance du fonctionnement des marchés financiers et entre autres des risques relatifs aux PME et leur croissance envisageable.

Pourquoi investir dans les PME ?

Depuis près de quinze ans, les PME ont dépassé la croissance du CAC 40. Parmi les valeurs françaises, l'industrie et les technologies sont les deux secteurs les plus présents.

Sources : lesechos, lemonde, capital, 20minutes