Une nouvelle écotaxe pour mieux recycler ses meubles

Article mis à jour le 

Depuis le début du mois, une éco contribution sur les meubles voit le jour dans les magasins. Elle permettra avant tout d’aider au financement d’un nouveau dispositif de recyclage des déchets d’ameublement. Bien souvent inutilisés, nos déchets mobiliers peuvent pourtant connaître une nouvelle vie.

Le mobilier constitue le troisième gisement de déchets le plus important après les emballages et les papiers. Chaque année, les 2 millions de tonnes de meubles usagés finissent habituellement incinérés ou enfouis. Depuis le 1er mai, une écotaxe va permettre de financer une nouvelle filière de recyclage et ainsi de redonner vie à ces meubles au lieu de les gâcher inutilement.

Cette nouvelle filière de recyclage a pour but de réutiliser le mobilier usager (de la salle à manger au bureau en passant par la cuisine, le jardin et la literie).

La collecte et le tri de ces déchets est effectué par deux éco-organismes gérés par les industriels du secteur. Un éco-organisme recycle les déchets des particuliers (Eco-Mobilier), le second s’occupe du mobilier des entreprises et des sociétés (Valdelia). D’ici 2017 l'objectif pour le mobilier des particuliers est d’atteindre un taux de recyclage et de réutilisation de 45 %. Pour le mobilier professionnel, Valdelia espère atteindre les 75 %.

Ce qui change pour le consommateur

Quelques centimes voire quelques euros supplémentaires selon la taille du meuble seront nécessaires pour participer à cette éco contribution. Par exemple, il faudra compter environ 20 centimes pour une chaise, 1 euro 50 pour une table, ou encore 18 euros pour une armoire.

Afin d’assurer une garantie et une transparence pour le consommateur, une seconde étiquette indiquant clairement l’éco contribution devra accompagnée le prix du meuble. De plus, dès le mois de mai, 4 500 bennes "meubles" seront installées dans les déchetteries publiques.

Pour ce qui est de la collecte, si le poids du meuble est supérieur à 2,4 tonnes et à 20m₃, elle se fait directement chez le détenteur. Dans d’autres cas elle se déroule au niveau des points d’accès mis en place par les sociétés.

Afin de faciliter la collecte pour les particuliers et de la rendre plus facile, cette nouvelle filière de tri souhaiterait un réaménagement afin d’atteindre un point d’apport volontaire tous les 40 km au lieu des 400 actuels, explique Arnaud Humbert-Droz, directeur général de Valdelia.

Comment seront recyclés ces mobiliers ?

 Actuellement, 22 centres de tri sont sélectionnés pour ces opérations. La zone de tri de Vert le Grand (Essonne) possède une capacité de 200 000 tonnes de déchets de mobiliers, et à ce jour, elle en accueille 70 000 et en réutilise 40 %.

Par exemple, en termes de recyclage, cette zone de tri réutilise le papier en textile ou en équipement automobile. Pour ce qui est du bois et de l’acier, ils servent à la construction de chaises. Les deux éco-organismes ont d’ailleurs passé des accords avec Emmaüs et Envie, où les meubles en bon état seront remis à neuf afin d’être réutilisés.

Sources : Ladépêche ; Lemonde et France-Info