Obésité : même à faible dose, la télévision favorise le surpoids de vos enfants

Article mis à jour le 

Selon une étude américaine, le lien entre le surpoids des plus jeunes et la présence d'un écran de télévision dans leur chambre ne serait pas à prendre à la légère. Car même si ces derniers l'utilisent peu, elle aurait une influence directe leur indice de masse corporelle (IMC).

Cette conclusion, mise en évidence depuis plusieurs années par les scientifiques, n'étonnera personne : la télévision peut se révéler nocive pour la santé. Certes, mais qu'en est-il lorsque cette dernière s'installe dans la chambre des enfants ? D'après une étude américaine révélée par le journal médical Jama Pediatrics, la télévision favoriserait le surpoids des enfants. Et pour cause, les plus jeunes disposant d'une télé dans leur chambre seraient en moyenne plus gros que les autres.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs de l'Université de Dartmouth, aux États-Unis, ont passé au crible les informations recueillies par le biais d'un sondage téléphonique mené sur 3 055 enfants âgés entre 10 et 14 ans et sur leurs parents. Résultat, ces derniers ont en moyenne un poids dépassant de près de 500 grammes celui de ceux qui n'en possèdent pas. De même, les jeunes disposant d'un écran dans leur chambre ont vu leur IMC croître d'un demi point en deux ans, et de près d'un point en quatre ans, en comparaison aux enfants qui en sont épargnés.

Le mauvais sommeil responsable de surpoids

Cependant, il est important de souligner que les scientifiques à l'origine de l'étude considèrent que le temps passé devant l'écran n'entraînerait pas directement de prise de poids. Le vrai responsable serait en réalité le sommeil, troublé par la télévision et l'usage des tablettes et autres smartphones, facilement accessibles. Or, les chercheurs savent que le sommeil a une influence importante sur la prise de poids, et ce quel que soit l'âge. Par ailleurs, les publicités alimentaires, dont les enfants seraient la principale cible, jouent un rôle majeur dans la consommation des produits hypercaloriques et dans les troubles du comportement alimentaire.

Pour rappel, en 2007, des chercheurs américains avaient publié les règles d'or permettant de lutter contre l'obésité infantile. Rappelons qu'aux États-Unis, l'obésité est un problème sanitaire crucial : pas moins de 8 % des enfants âgés de 2 à 5 ans sont par exemple obèses, même si leur nombre tendrait à fléchir. D'après l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), respectivement 3,5 % et 4,5 % des enfants seraient concernés par l'obésité et le surpoids en France. Un enjeu à ne pas ignorer puisque l'obésité tuerait chaque année plus de 3 millions de personnes, entre autres victimes de diabète et d'hypertension artérielle. À titre de comparaison, la malnutrition entraînerait un million de décès chaque année.

Sources : jama.jamanetworks, metronews, med.umich.edu, Inpes