Pourquoi les oiseaux ne cessent déjà de chanter cet hiver

Article mis à jour le 

Du fait des températures clémentes de ce début d'hiver, les oiseaux ont débuté la période des amours nettement plus tôt...
Du fait des températures clémentes de ce début d'hiver, les oiseaux ont débuté la période des amours nettement plus tôt...

Plus efficace qu’un réveil et plus agréable (enfin presque) qu’un orchestre symphonique ! Vous avez sans doute déjà entendu le piaillement printanier de ces charmants volatiles. Mais pourquoi ces derniers gazouillent-ils actuellement à longueur de temps ?

La saison des amours a commencé plus tôt que prévu cette année. Cette douceur inhabituelle (réchauffement climatique oblige) incite à l'insouciance. C’est pourquoi on peut encore être surpris d’entendre le chant des grives, merles ou autres oiseaux qui, habituellement, sont rares à cette époque de l’année.

"Généralement, l’hiver est la saison la plus rude pour un oiseau (nourriture rare, froid…) et non celle des amours et de la reproduction.", explique Stéphane Arnassanat, responsable biodiversité du parc naturel régional de Camargue.

"Délimiter son territoire grâce au chant"

La douceur de la saison incite certains oiseaux à partir à l'aventure ou leur donne l’illusion du printemps. "Le beau temps" stimule leur besoin de reproduction. Paris est l’auberge de luxe pour bon nombre d’espèces. En effet, il y fait sensiblement plus chaud qu’à la campagne (2 à 3°C) et les oiseaux y trouvent plus de nourriture (déchets, touristes, etc.). "Une logique opportuniste régit l'espèce animale. Avec la température plus douce de l’hiver, certaines espèces d’oiseaux n’hésitent pas à passer à la phase de nidification.", ajoute Stéphane Arnassat.

Mais pour l’accouplement, il faut être deux, un mâle et une femelle. C'est à ce moment qu’entrent en scène nos fabuleux chanteurs. Qu’est-ce qui est à l’origine de ce comportement ? "Le chant représente le moyen de démontrer à la femelle le désir d'accouplement. D’un autre côté, chanter permet également de délimiter son territoire. Ce qui signifie : 'je suis chez moi, gare au mâle de mon espèce qui osera s’aventurer dans mon territoire'. Le chant est à la fois reproductif et territorial", déclare Frédéric Malher, président du centre ornithologique d'Ile-de-France.

Les conséquences du coup de froid à prévoir dans un futur proche

Une fois que la femelle succombe aux avances de son champion, le couple doit s’installer et élever sa progéniture. "Avec l’absence de l’hiver, il est possible que certaines espèces d’oiseaux comme les grives ou les merles présentent des nidifications précoces. Toutefois, le coup de froid pourrait être fatal pour les œufs si le thermomètre indique 5 degrés en moins.", souligne Frédéric Malher.

Ce comportement atypique témoigne un peu plus de la douceur exceptionnelle de l’hiver 2015-2016. Cela affecte autant les animaux que les plantes. Ainsi, certains ont pu remarquer des mimosas qui ont déjà fleuri et des coquelicots matures.

 

Source : tf1, univers-nature