Orages : comment faire pour se faire indemniser après les intempéries ?

Article mis à jour le 

Un toit en partie détruit par la grêle, une voiture écrasée par un arbre, une carrosserie toute cabossée… Vous l'ignorez peut-être mais dans certains cas, vous avez la possibilité de vous faire indemniser par les assureurs. Explications.

L'alerte aux orages, qui a touché pas moins de 41 départements, a été levée hier matin par Météo France. Pendant les intempéries, le vent a par endroit – notamment en Charente – atteint la vitesse de 130 km/h. À tel point que dans les vignobles, un certain nombre de parcelles ont été fortement abîmées, comme à Bordeaux. De même, des habitants ont subi d'importantes inondations un peu plus au nord. Il existe toutefois des garanties pour faire face à de tels dégâts, mais comment en bénéficier ? Tour d'horizon des conseils fournis par la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) pour savoir quelles démarches mettre en œuvre.

Le cas de la grêle

Si les dégâts concernent votre maison, alors sachez que ces derniers sont couverts par votre assurance multirisque habitation. Selon la nature exacte de votre contrat, les biens pourront soit être remboursés à neuf, soit par rapport à un coefficient de vétusté. La personne concernée dispose de cinq jours pour effectuer la déclaration du sinistre à son assureur. En fonction de l'importance des dégâts, celui-ci peut choisir d'envoyer un expert. Afin de vous faciliter la tâche, n'hésitez pas à prendre des photos et à regrouper les factures des biens abîmés. À noter que si c'est vous qui réalisez les réparations, il vous faudra garder les factures d'achat des matériaux, qui seront ainsi remboursés par votre assureur.

Pour ce qui concerne votre voiture, vous devez alors faire jouer votre assurance auto. À noter cependant que les dégâts subis par la carrosserie ne sont remboursés que si vous avez opté pour une assurance tous accidents. En outre, si les vitres sont cassées, c'est la garantie bris de glace qui entre en application. D'un contrat à l'autre, une franchise, dont le montant est variable, peut vous être réclamée. Enfin, il faut savoir que la garantie grêle offre un remorquage, si votre voiture ne peut plus circuler.

Dans le cas des récoltes, si vous êtes agriculteur, n'oubliez pas d'en faire part à votre assureur par lettre recommandée, sous quatre jours. Veillez alors à ne pas toucher la récolte avant l'arrivée de l'expert, sauf si celle-ci est suffisamment mûre pour la cueillette. Attention alors à conserver tout de même des zones témoin pour que l'expert vérifie les dégâts.

Le cas de la tempête

S'agissant de votre maison, sachez que le contrat d'assurance habitation renferme une garantie tempête couvrant les sinistres relatifs au vent sur le bâtiment principal. Rentrent donc notamment en compte les chutes d'arbres, le toit arraché ou encore le mobilier accidenté. Ainsi, la somme dépensée pour dégager les arbres à l'origine d'un dommage sont pris en charge. Et quelques contrats comprennent une garantie de relogement, si celui touché est inhabitable. Et si toutefois ils ont été mentionnés dans le contrat d'habitation, les bâtiments annexes tels que la piscine et la véranda sont garantis.

Au sujet de votre voiture, si cette dernière a été écrasée par un arbre, alors sachez que le propriétaire de l'arbre n'est pas responsable. Vous devez nécessairement disposer d'une assurance dommages tous accidents pour être couverts. Donc l'assurance au tiers est insuffisante.

Le cas de l'inondation

À partir du moment où vos biens sont assurés contre l'incendie, les dégâts des eaux, le vol et à condition qu'un arrêté ministériel déclarant l'état de catastrophe naturelle soit publié au Journal Officiel, les dégâts relatifs aux catastrophes naturelles sont couverts. Ainsi, les bâtiments d'habitation ou professionnel, le mobilier, les véhicules, le matériel ou encore les récoltes engrangées sont couvertes par la garantie. Néanmoins, sont exclus les véhicules ne disposant que d'une garantie responsabilité civile. Enfin, sont aussi garantis les dégâts dans les caves, les frais de pompage et de nettoyage ainsi que les dommages relatifs à l'humidité.

Côté démarches, pensez bien à déclarer le sinistre à votre assureur dès que vous en êtes informé et au maximum dans les dix jours suivant la parution de l'arrêté. Ce dernier sera alors tenu de vous verser une indemnisation sous trois mois. Par ailleurs, il est aussi recommandé de réaliser des mesures afin que les dommages n'empirent pas. Et si des réparations doivent être effectuées en urgence, prenez des photos et gardez bien les justificatifs dédiés.

Sources : ffsa, huffpost, francetvinfo