Nos ordinateurs sont-ils trop lents ?

Article mis à jour le 

D'après une étude, les ordinateurs trop lents feraient perdre plus de 120 heures par an aux Français, soit près de cinq jours en cumulé. Un phénomène qui serait par ailleurs source de stress, et ce tout particulièrement dans le cadre du travail.

Les ordinateurs des Français sont-ils à la traîne ? C'est la question que pose une étude menée par Redshift Research, qui affirme que les utilisateurs de PC de l'Hexagone ont perdu plus de 120 heures (5 jours en cumulé) à cause de leurs machines pas assez performantes.

Pour en arriver à cette conclusion, Redshift Research s'est penché sur un panel de 8 001 personnes réparties à travers le monde, dont 1 001 vivent en France. D'après l'enquête, près de 30 % des Français estiment être sujet à l'insomnie sous l'effet du manque de répondant de leur ordinateur, tandis que 35 % soulignent que ce phénomène les met de mauvaise humeur pour le reste de la journée.

Des réactions parfois brutales

De fait, et ce même jusque dans un environnement professionnel, 16 % des Français sondés avouent qu'il leur arrive fréquemment d'évacuer leur stress et leur frustration en lançant leur ordinateur portable contre un mur ou en le piétinant. À noter toutefois que les Allemands sont quant à eux près d'un quart à réagir de la sorte (23 %).

Rassurons-nous néanmoins : le temps d'attente face à un ordinateur est en général nettement mieux accepté par les Français que certaines situations comparables. Ainsi, la situation considérée comme la plus stressante est l'attente au téléphone (pour 64 % des Français interrogés), chez le médecin (61 %) ou encore pour une livraison (48 %).

Reste quoi qu'il en soit que ce que les américains nomment "digital downtime" crispe 29 % d'entre nous. Ce qui nous détourne d'occupations bien plus importantes, comme passer du temps avec son conjoint ou sa famille. À vous de choisir maintenant s'il vaut mieux réinvestir dans un nouvel ordinateur ou l'éteindre pour profiter du reste.

Sources : theIndependent, Redshift Research