Paris veut reconquérir le cœur de ses touristes

Article mis à jour le 

D’ici quelques semaines et comme tous les étés, Paris sera envahi de touristes. La première destination touristique au monde semble pourtant avoir quelque peu du mal à les accueillir comme il se doit. Afin de bien recadrer ce manque d’hospitalité, la Chambre de Commerce de Paris a décidé de reprendre les choses en mains en démarrant une campagne de sensibilisation,  au charmant nom de "Do you speak touriste". Mais oui, tiens, d’ailleurs, comment doit-on parler aux touristes ?

"Malpolis, impatients, pas civilisés du tout…", Lorsqu’ il s’agit de qualifier l'hospitalité des Parisiens, les étrangers ne manquent pas de défauts. Pourtant un excellent accueil fidélise le touriste, qui fera des éloges de la ville lumière dès son retour. Alors, même si Paris est toujours la destination préférée des touristes, la Chambre de Commerce a lancé une campagne de sensibilisation auprès des commerçants.

Sous le nom ludique "Do you speak Touriste" (Parlez-vous le touriste) le site propose des conseils et des données afin de rendre l’accueil français plus chaleureux. Par ailleurs, il propose aux professionnels du tourisme de découvrir les profils types du touriste (du Chinois, à l’Américain en passant par le Belge), ainsi que leurs attentes, dépenses, et même leurs préférences entre tous les monuments parisiens.

S’adapter à chaque culture

Pour le directeur général du comité régional du tourisme d’Ile de France, Jean-Pierre Blat, "l’on n’accueille pas de la même manière un Japonais ou un Italien". En effet, quelques codes culturels doivent être respectés. Le site décrit donc de quelles façons il faut accueillir chaque nationalité. Les Japonais, plus discrets, seront  du genre à saluer par des signes de têtes ou des courbettes contrairement aux Américains plus directs ou les Anglais qui aiment bien être appelés par leur prénoms.

Le site propose par ailleurs la traduction de mots simples ce qui peut faciliter le contact, "willkomen" pour saluer un  Allemand, ou encore "arigatou" en Japonais et "xie xie" en Chinois pour remercier un client.

Connaître le porte-monnaie de chaque profil

L’intérêt du tourisme est avant tout de faire un plus grand chiffre d’affaire, l’important est donc de connaître le profil et les tendances de sa clientèle. Les touristes les plus dépensiers seront les Japonais, avec 186 euros de dépense par jour et par personne, devant les Chinois avec 171 euros. En revanche, les Espagnols sont plus économes (129 euros).

Par ailleurs un petit descriptif accompagne chaque profil, il décrit les différents achats effectués. Par exemple, les Chinois sont plus friands de produits de luxes alors que les Belges privilégient les événements culturels.

Avec près de 29 millions de touristes l’année dernière, la sécurité au sein de la capitale va redoubler d’effort cet été. Pour preuve, de nombreux touristes chinois sont bien souvent pris pour cibles. Comme le relate le Huffington Post, en avril dernier les agents du Louvre protestaient contre les fréquents vols des pickpockets auprès des employés et des touristes. Plus récemment encore, en mai dernier, des boutiques de luxes avaient déclaré que l’insécurité ambiante risquait de diminuer le nombre d’emplois sur la capitale.

En conséquence, et afin d’améliorer les conditions de sécurité, cette campagne s’est faite en collaboration avec la préfecture de police de Paris ainsi que les tours opérateurs chinois et japonais. Grâce à cette sensibilisation, la Maison de Commerce espère améliorer la satisfaction de nos chers touristes afin de les fidéliser un peu plus. En effet, d’après Jean-Pierre Blat, les 50 % de touristes qui reviennent possèdent en général un taux de satisfaction de l’hospitalité de 97 %

Source :  Huffington Post