Passage à l'heure d'hiver : se préparer à l'avance pour réadapter son corps

Article mis à jour le 

Dimanche 27 octobre, c'est le passage à l'heure d'hiver et il faudra donc reculer les horloges d'une heure. Selon les médecins, il faudrait se préparer pas moins d'une semaine à l'avance pour réussir à vraiment gérer ce changement, et ce d'autant plus pour les seniors et les enfants. Voici quelques conseils pour bien réadapter votre organisme.

Vous l'ignorez peut-être : l'alternance heure d'été-heure d'hiver sert à réaliser des économies en matière de consommation d'éclairage. Mais depuis un certain nombre d'années, celle-ci est de plus en plus contestée, d'une part par les spécialistes de l'énergie et surtout par les professionnels de la santé, qui l'assimile comme une perturbation de notre biorythme.

D'une manière générale, notre rythme biologique est dépendant de notre temps de sommeil et de nos horaires de coucher et de lever. La modification d'un de ces paramètres est donc capable de bouleverser en profondeur le dispositif auquel nous étions précédemment habitués. Troubler l'un de ces éléments, c'est donc limiter la qualité de son sommeil, mais pas seulement : les conséquences se font aussi sentir via un dérèglement de l'appétit, des difficultés à se concentrer ou encore des sautes d'humeur. C'est la raison pour laquelle, ce menu changement n'est pas aussi anodin qu'on le pense.

Pour un passage à l'heure d'hiver en douceur

Selon la neuropsychiatre spécialiste du sommeil à l'Hôtel-Dieu, Marie-Françoise Veccherini, les plus sensibles au passage à l'heure d'hiver sont les enfants et les personnes âgées. Ces derniers doivent alors en effet faire avec ce qu'elle appelle un "retour de phase", autrement dit un décalage de leur heure de coucher et de lever. Résultat : les enfants ont nettement plus tendance à être irrités et instables les jours suivants le changement. Et pour leur part, les seniors, qui ont déjà l'habitude de se coucher et de se lever tôt, voient cette tendance s'accentuer.

Afin de limiter les effets néfastes, le Dr Veccherini recommande de se préparer au décalage quelques jours voire une semaine à l'avance. Comment ? En décalant l'heure du coucher de dix à vingt minutes plus tôt chaque soir : ainsi, en trois à six jours, le corps est de nouveau resynchronisé au nouvel horaire.

Éviter de continuer à vivre avec l'ancienne heure

Dès lors que le changement d'heure est passé, il est important de ne pas continuer à vivre sur le mode de l'ancienne heure en prétextant qu'il est préférable de faire les choses en douceur. Car vous risquez de cette manière de troubler davantage encore votre biorythme en vous désynchronisant de la réalité. Reste néanmoins que le passage à l'heure d'hiver est moins difficile que le passage à l'heure d'été, car il ne nous fait pas perdre une heure de sommeil…

Sources : SanteLog, L'Internaute