Passé 40 ans, il y a peu de chances pour que nous devenions des génies...

Article mis à jour le 

À travers un article publié par l'illustre Bureau national de recherche économique américain (NBER), des chercheurs ont tenté d'établir l'âge auquel sont réalisées les plus grandes découvertes scientifiques et mises au point les inventions les plus révolutionnaires. Ils ont pour cela passé en revue les périodes charnières des carrières des plus grands inventeurs et scientifiques du XXème siècle…

Êtes-vous un grand génie qui s'ignore ? Peut-être, mais pour le prouver, encore vous faudra-t-il réaliser votre chef d'œuvre avant l'âge de 40 ans. Pourquoi ? Parce que statistiquement, c'est avant cet âge que les plus grands inventeurs du XXème siècle sont parvenus à leur quintessence. C'est du moins ce qu'une étude scientifique publiée dans NBER met en évidence.

Pour en arriver à une telle conclusion, ses auteurs, Benjamin Jones, E.J. Reedy et Bruce A. Weinberg, ont recoupé et analysé d'anciennes données – les recherches en la matière ne manquent pas – offrant une vision d'ensemble du lien entre l'âge et le génie scientifique. Leur résultat : la fin de la trentaine serait le moment clé où le génie scientifique atteint son point culminant. À titre d'exemple, Albert Einstein, qui a publié sa théorie de la relativité à 36 ans, était donc dans la moyenne.

Ainsi, contrairement à ce que l'on serait tenté de croire, la majorité des contributions scientifiques ne sont pas le fruit de jeunes précoces surdoués mais arrivent à maturité à un âge relativement avancé. D'ailleurs, ce phénomène est très net sur le schéma ci-dessous.

Par la suite, à mesure que l'on prend de l'âge, les découvertes majeures se font plus rares. Chose que les chercheurs expliquent par le fait que l'on investit moins dans l'apprentissage à un âge avancé, ce qui fait que l'on devient moins pertinent avec le savoir déjà acquis. À noter par ailleurs, comme le montre le schéma suivant, que l'âge moyen des inventeurs s'est relevé durant le XXème siècle.

De nos jours, les scientifiques ont plus de choses à apprendre

Comment expliquer le phénomène ? Pour les auteurs de l'étude, les scientifiques d'aujourd'hui doivent apprendre davantage de choses que leurs illustres prédécesseurs. Autre détail mis au jour par l'article : les personnes brillant dans des domaines abstraits tels que la physique sont souvent plus jeunes (36 ans en moyenne) que ceux remportant des prix dans des matières telles que l'histoire ou encore la médecine (41 ans en moyenne).

Sources : NBCnews, nber.org, slate