Un peu plus de courtoisie pourrait sauver de nombreuses vies

Article mis à jour le 

C'est déjà la 14e édition de la Semaine Internationale de la Courtoisie sur la Route. Les accidents baissent sensiblement, les décès sur la route de même, et pour cause, des moyens de plus en plus draconiens sont déployés. Cet événement, parrainé par les 3 grandes associations des maires de France (AMF, AMRF, APVF ) et par l'Association Internationale des Maires Francophones, est dédié aux piétons et autres bicyclistes, nouveaux dangers de la route.

Ce grand rendez-vous regroupe une vingtaine de pays francophones qui, durant une semaine, veulent sensibiliser aux dangers de la route. Or, si tout le monde ne conduit pas, tout le monde emprunte les routes, et comme dit le slogan, vous êtes "tous responsables". Les nouveaux radars, les prix des sanctions qui augmentent, les diverses techniques d'aide à la conduite - plus ou moins au point - qui se déploient, ont aidé à baisser le taux de mortalité entre 2011 et 2012. Cela se vérifie d'autant mieux si l'on regarde les chiffres à partir de l'an 2000. Mais l'écart le plus impressionnant se situe entre 1972 et 2012, marquant 40 ans de progrès ininterrompus.

Accidents mortels : moins de voitures, plus de vélos

Les accidents corporels s'élevaient à 121 223 en 2000 contre seulement 65 024 en 2012, soit quasiment 50 % de moins. L'impact sur les décès est en adéquation puisqu'en 2000 on comptait plus de 8000 morts contre moins de 4000 (3963) en 2012. La proportion des tués en fonction du mode de déplacement varie de façon hétérogène : pour les cyclomotoristes, le pourcentage n'a pas changé (5,6 %) bien qu'il ait connu entre temps une légère hausse (7 % en 2009). Les automobilistes sont eux aussi moins touchés, leur taux de mortalité passant de 65,5 % à 52 % entre 2000 et 2012. En revanche, les piétons et les vélos sont les nouvelles tares.

La proportion de piétons tués n'a cessé de grimpé depuis 2000, atteignant les 13 % en 2012. Les vélos eux, qui représentaient 3,3 % des accidents mortels en 2000, oscillent entre 3,6 % et 3,8 % depuis 2006. Aussi, 2012 a vu le chiffre de morts de cyclistes augmenter de 10 % par rapport à l'année précédente. Voitures plus résistantes ou regain de confiance de la part des usagers, les accidents mortels impliquant les vélos et les piétons se multiplient.

accident : voiture en feu

Le nombre de morts en baisse générale

Ceci étant dit, il faut savoir que le taux de mortalité de 1948, date du commencement de ces statistiques, comptait 3 900 décès, soit plus qu'aujourd'hui. Pourtant, nos véhicules sont de plus en plus puissants, bien plus rapides, se multiplient sur les routes, et l'on parcourt en moyenne 30 fois plus de km que nos aïeux. Car en 1948, environ 20 milliards de km avaient été parcourus, contre 561 en 2010.

De plus, l'année la plus meurtrière que la France ait connue est 1972, avec un chiffre incroyable de décès : plus de 18 000, pour 10 millions de moins de Français ! L'année suivante, le port du casque et de la ceinture de sécurité était devenu obligatoire, et les décès n'ont fait que réduire depuis. En 40 ans, ne nombre de morts a été divisé par 4,5 malgré des risques toujours plus nombreux. La population en revanche n'a fait qu'augmenter, creusant d'autant plus l'écart décès par habitant, qui a atteint une moyenne de 64 tués par million d'habitants en 2010. Malgré cela, la France est encore loin derrière la Suède  qui compte 28 morts par million d'habitants, ou le Royaume Uni qui n'en compte que 31.

Accident en Pologne

Les raisons d'y aller

Ainsi, l'Histoire nous ayant montré que de petites rigueurs pouvaient sauver des vies par milliers, la semaine de la courtoisie, édition 2013, vise à rassembler le plus de monde pour mieux  comprendre les difficultés et particularités des différents véhicules et sensibiliser aux dangers de la route. Le slogan "tous responsables" insiste sur le fait que chacun a un rôle à jouer. A cette occasion, quelques règles de sécurité seront rappelées, et peut-être que le nombre de décès sera inférieur à 3000 en 2013.

Pour les plus sceptiques, vous pouvez d'ores et déjà évaluer quel conducteur vous êtes, avec ce test.

Sources : Courtoisie.org ; Sécurité-routière.org