Peut-on vraiment mourir de rire ?

Article mis à jour le 

Image tirée du film Le Dahlia Noir, de Brian de Palma - copyright Universal Pictures / Millenium Films
Image tirée du film Le Dahlia Noir, de Brian de Palma - copyright Universal Pictures / Millenium Films

Au lendemain de la Journée mondiale du rire, filtre une étude britannique sur les zygomatiques. Un compte rendu au long cours qui s’appuie sur les travaux réalisés sur les effets du rire sur la santé depuis 1964.

Le British Medical Journal (BMJ) a rendu public dernièrement un article passant en revue toutes les études des dernières décennies s’intéressant à l’impact du rire sur la santé. Or, à l’inverse de ce que l’on pourrait s’imaginer, ces spasmes étranges ne sont pas toujours bons pour notre organisme…


Attention à ne pas trop rire !

Il n’est pas rare que l’on associe le rire au bien-être. Pourtant, sur les 785 articles passés au peigne fin par les chercheurs britanniques de la publication, pas moins d’une centaine rapportent des dangers relatifs à la crise de rire. Outre l’incontinence, les scientifiques évoquent l’arythmie cardiaque, la crise d’asthme ou encore la cataplexie.  Mieux : une crise de rire a déjà par le passé aggravé une hernie ou entraîné une perforation de l’œsophage, soit un syndrome de Boerhaave. Enfin, il serait aussi possible de rire jusqu’à s’en disloquer la mâchoire.

Plus drôle, les chercheurs plaisantent en affirmant que des femmes ayant fait l’objet d’une fécondation in vitro sont plus susceptibles que les autres de tomber enceinte après qu’un clown soit venu les amuser. Mais un fou rire peut également produire une syncope ou même produire un accident cardiovasculaire. Heureusement, le rire ne serait toutefois pas plus risqué que le sexe, selon le BMJ.


Un phénomène qui fait néanmoins plus de bien que de mal

Reste que l’hilarité présente plus d’avantages que d’inconvénients. Sans surprise, elle limite le stress, la rancœur et la dépression. Et le fait d’être sensible à une blague fait par exemple redescendre la tension, à la fois sur le plan cardiovasculaire et psychologique. Le rire permet par ailleurs de supporter plus facilement la douleur et d’optimiser le fonctionnement des poumons. Une étude avance même que le fait de rire un quart d’heure ferait perdre 40 calories. À tel point que le rire pourrait faire office de régime minceur. Tout un programme.


Sources : bmj, sciencesetavenir, e-sante