Plan anti-tabac : 7 mesures qui ne plairont pas aux fumeurs

Article mis à jour le 

Jeudi 25 septembre, la ministre de la santé, Marisol Touraine, a présenté les mesures du plan anti-tabac, intégrées au sein de la loi de santé publique. Tour d’horizon des principaux points à retenir.

Bon nombre des mesures anti-tabac évoquées jeudi 25 septembre par la ministre de la santé, Marisol Touraine, devraient prochainement faire partir de la loi de santé publique, qui sera elle-même évaluée en 2015 par les parlementaires. Voici quelques-unes des mesures phares abordées par la ministre.

Les paquets de cigarettes "neutres" sans logo

À l’avenir, les paquets de cigarettes seront tous les mêmes, de la forme à la typographie en passant par la taille et la couleur. Une standardisation qui ira de concert avec l’affichage d’avertissements sanitaires en lieu et place des logos habituels. Comme l’a précisé le ministère, le seul élément distinctif sera la marque, mais toujours au même endroit et de façon très discrète. À noter que la place prise par les avertissements sanitaires va passer de 30 à 65 % de la superficie des paquets, et ce de chaque côté. Comme le prévoit la directive européenne "tabac", cette mesure s’appliquera à partir du 20 mai 2016.

Aussi : vos paquets de cigarettes n’auront bientôt plus de logo…

Le vapotage en passe d’être interdit dans certains lieux publics

Le Conseil d’État partait déjà dans ce sens le 17 octobre 2013 : l’utilisation de la cigarette électronique fera l’objet d’une interdiction au sein des établissements accueillant des mineurs, et ce dans l’ensemble des moyens de transport collectif, et dans chaque espace clos collectif de travail.

Pour le ministère de la santé, le principal enjeu est d’éviter que l’usage de la cigarette électronique ne devienne la première étape menant au tabagisme chez les jeunes. De même, celui-ci cherche également à empêcher la banalisation d’une telle attitude chez le fumeur.

Exit la publicité pour les cigarettes électroniques

En vertu de la directive européenne du 3 avril 2014, la publicité pour les cigarettes électroniques sera dans un premier temps réduite, pour être enfin interdite purement et simplement le 20 mai 2016. Toutefois, celle-ci sera encore possible au niveau des lieux de vente et dans les publications s’adressant aux professionnels de la vente de tabac et de cigarettes électroniques.

Interdiction de fumer en voiture en présence d’enfants de moins de 12 ans

Le ministère de la santé a souligné qu’une telle interdiction s’imposait dans la mesure où la concentration de particules fines est "dix fois plus élevée sur les sièges arrière des véhicules fumeur". Ce qui dépasserait par trois fois le seuil moyen habituellement admis par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Interdiction de fumer dans les espaces publics de jeux pour enfants

L’idée est ainsi d’empêcher la banalisation de la consommation de cigarettes dans les espaces consacrés aux enfants. Une interdiction qui sera appliquée par décret.

Le sevrage tabagique prochainement mieux remboursé

La prise en charge du sevrage tabagique va passer de 50 à 150 euros chez les jeunes de 20 à 30 ans, les bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et les patients touchés par un cancer.

Une campagne : "le tabac tue un fumeur sur deux"

Dès le 26 décembre, sera mise en place une nouvelle campagne d’information pensée pour toucher la corde sensible du grand public et amener les fumeurs à abandonner la cigarette.

À noter que les buralistes se disent inquiets, évoquant une "douche froide" doublée d’une atteinte aux droits des marques. Principal argument invoqué contre le plan anti-tabac : l’augmentation du commerce illégal et illicite.

Sources : sante.gouv, nouvelobs, slate