La plupart des lingettes et laits de toilette pour bébés seraient nocifs

Article mis à jour le 

D'après une enquête de l'UFC-Que Choisir, pas moins de 26 lingettes et 6 laits de toilette grand public parmi 36 produits abriteraient une part importante de molécules allergisantes, d'antibactériens, d'antioxydants toxiques et même dans certains cas de perturbateurs endocriniens.

Ce mardi, l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, en s'appuyant sur une série de tests réalisés en laboratoire, affirme que l'écrasante majorité des lingettes et laits de toilette pour bébés sont "potentiellement nocifs" pour l'organisme. D'après l'étude réalisée, 26 lingettes et 6 laits de toilette grand public sur 34 produits testés renferment des molécules allergisantes, des antibactériens, des antioxydants toxiques et des perturbateurs endocriniens – ici, des parabènes à longue chaîne. Résultat : l'UFC-Que Choisir indique dans un communiqué que 94 % des produits étudiés sont probablement nocifs. Pour cette raison, l'association souligne qu'il ne faut "plus jouer avec la peau de bébé".

Des perturbateurs endocriniens dangereux pour le développement de bébé

Selon elle, les lingettes utilisées au quotidien pour nettoyer les tout petits réunissent de très nombreux facteurs de risque. Par ailleurs, il n'est pas rare qu'elles soient appliquées à plusieurs reprises chaque jour sur une peau de bébé irritée. Dans ce cas, et d'autant plus à défaut de rinçage après l'application, les substances toxiques pénètrent alors plus longuement le corps de l'enfant. Problème : parmi elles, certaines seraient des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pendant la période de développement de l'enfant. À noter que ces substances seraient de plus souvent dissimulées sous un étiquetage trompeur.

Pour cette raison, l'UFC-Que Choisir recommande aux parents d'éviter ce qu'elle nomme des "facilités cosmétiques" et les invite à utiliser de l'eau et un savon liquide hypoallergénique spécialement conçu pour les plus petits. En outre, l'association demande à la Commission européenne un renforcement de la réglementation des lingettes et laits de toilette pour bébés.

Quelles sont les marques concernées ?

Les lingettes les plus touchées par ce phénomène sont les produits Eco de Naty, qui contiennent 700 fois plus d'allergènes que les concurrents les moins chargés. Parmi les allergènes identifiés les plus répandus : le phénoxyéthanol, un conservateur dont les effets seraient néfastes pour le foie, le système reproducteur ou encore le développement. On retrouve ce dernier dans pas moins de 14 lingettes, parmi lesquelles Mixa, Pampers ou encore Carrefour Baby, et dans 3 laits de toilette (Mixa Bébé, entre autres).

Enfin, 6 lingettes renferment des parabènes à longue chaîne, parmi lesquelles les marques Carrefour Baby ou encore Top Budget-Intermarché.

Seuls 2 produits sur 34 sont donc dépourvus des substances recherchées : les lingettes Natural carresse (Bébé cadum) et le lait de toilette Natessance.

Sources : UFC-Que Choisir