Plus de 10 % des Français achètent déjà des médicaments sur Internet

Article mis à jour le 

D'après une enquête menée à l'occasion du lancement du réseau de vente en ligne Pharmarket.com, plus d'un Français sur dix achète des médicaments sans ordonnance sur Internet.

Outre le fait que plus de 10 % des Français s'achètent des médicaments sur le web, plus d'un sur trois voudrait également avoir la possibilité de s'approvisionner en médicaments sur ordonnance par internet, d'après une enquête Ifop rendue publique ce mercredi.

Presque tous les Français (97 %) pratiquent l'automédication, avec plus ou moins de régularité, et ce dans la plupart des cas pour eux-mêmes. Mais ils sont aussi nombreux à le faire pour leurs enfants (23 % pour les moins de 15 ans et 27 % pour les 15 ans et plus), d'après une enquête effectuée pour le lancement du réseau de vente en ligne Pharmarket.com, qui regroupe des pharmacies agréées.

13 % des Français se servent d'Internet pour acheter des médicaments

Un an seulement après la promulgation de la loi de janvier 2013 autorisant la pratique, 13 % des Français utilisent déjà Internet pour acheter des médicaments sans ordonnance. Ces consommateurs sont surtout des catégories socioprofessionnelles supérieures (18 %), des résidents de la région parisienne (17 %) et des familles avec enfant (17 %). Toutefois, plus d'un tiers des personnes sondées (35 %) voudraient également pouvoir acquérir des médicaments sur ordonnance en ligne.

D'autre part, 34 % préfèreraient que la commande en ligne puisse se faire en passant par leur médecin. À noter que la possibilité d'acheter des médicaments sur ordonnance sur Internet est déjà effective dans certains pays européens, à l'instar du Royaume-Uni, du Portugal, de l'Allemagne, du Danemark ou encore de la Suède.

En outre, toujours d'après l'étude, l'écrasante majorité (95 %) des personnes pratiquant l'automédication utilisent des médicaments situés dans leur trousse à pharmacie. Et 46 % des sondés indiquent procéder ainsi par habitude, entre autres pour faire face à certains symptômes courants. Une pratique qui ferait selon les intéressés gagner du temps, et qui permettrait pour 47 % des personnes interrogées d'éviter de consulter un médecin.

Sources : enviro2b, pharmarket