Une pomme par jour peut réduire les attaques cardiaques de 40 %

Article mis à jour le 

Vous connaissez la chanson : le ministère de la Santé conseille à tout un chacun de manger cinq fruits et légumes par jour. Une préconisation judicieuse s’il on en croit une nouvelle étude soulignant que la consommation quotidienne d’au moins un fruit contribue à limiter à la fois les risques d’AVC et les pathologies cardiaques.

Non, les recommandations incessantes mettant en évidence la nécessité de consommer cinq fruits et légumes au quotidien ne sont pas des paroles en l’air. La preuve : une étude réalisée par des chercheurs de l’Université d’Oxford vient de démontrer que ceux consommant au minimum un fruit frais par jour voyaient leurs problèmes cardiaques chuter significativement, en comparaison à ceux n’en mangeant pas aussi souvent.

Afin d’arriver à une telle conclusion, les chercheurs, parmi lesquels le Dr Huaidong Du, ont observé pas moins de 500 000 personnes réparties dans plusieurs régions de Chine, aussi bien rurales qu’urbaines, pendant sept ans. Résultat, les patients sélectionnés n’ont présenté aucun problème cardiaque ou d’hypertension. Or, 18 % de ces derniers mangeaient des fruits au quotidien, tandis que 6,3 % n’en consommaient pas. Et en moyenne, ceux consommant chaque jour des fruits ingéraient une portion de 150 grammes, soit le poids d’une pomme.

Les plus gros consommateurs de fruits moins en danger

Ainsi, les personnes ingérant au minimum un fruit au quotidien ont à la fois vu leurs risques d’insuffisances cardiaques diminuer de 15 % en comparaison de ceux n’en mangeant pas de façon régulière, et leurs risques d’attaque cardiaque et d’AVC s’effondrer de 40 %. Enfin, les scientifiques ont relevé que leur tension artérielle était plus basse.

Les plus gros mangeurs de fruits ont ainsi réduit de 32 % leur risque de mourir, en prenant l’habitude de manger régulièrement des fruits. Un pourcentage qui augmenterait à mesure que la consommation de fruit quotidienne augmente. À noter que cette conclusion a été rendue publique mercredi à Barcelone par le Dr Huaidong pendant le congrès de la Société européenne de cardiologie.

Sources : telegraph, atlantico, ctvnews