Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ?

Article mis à jour le 

C’est bien connu les femmes ont toujours eu une espérance de vie plus longue que leur conjoint. Le mystère de cet élixir de jouvence serait purement scientifique. Une étude japonaise a découvert que le système immunitaire de la femme vieillirait moins vite que celui des hommes.

Le mystérieux secret des femmes est enfin dévoilé. Même si la France peut se vanter d’avoir l’espérance de vie la plus longue d’Europe, on retiendra surtout qu’entre les femmes et les hommes il y a toujours eu des écarts d’espérance de vie. Selon l’Ined, l’espérance de vie d’un Français atteignait les 83 ans tandis qu’une femme les 86,4.

Un système immunitaire qui vieillit moins vite

Parue dans le journal Immunity and Ageing, des chercheurs japonais ont étudié un échantillon de 365 personnes de 20 à 90 ans. Ils ont constaté dans un premier temps que cette différence d’espérance de vie venait surtout d’un système immunitaire distinct : celui de l’homme vieillirait plus vite que celui de la femme.

Tout cela serait la conséquence de  la composition de notre sang, ainsi l’expérience a été menée en analysant l’hémoglobine des 365 japonais. De façon universelle, nous savons que la création de globules blancs, qui combattent les infections dans notre corps, se réduit avec le temps.

Des globules blancs plus robustes chez la femme ?

Le système immunitaire semble très avantageux pour les femmes, en effet leurs globules blancs diminueraient moins vite que ceux de leurs congénères masculins, mieux, ils augmenteraient.

De façon plus précise, ce sont les lymphocytes T, responsables de nos fonctions immunitaires, et les lymphocytes B, producteurs d’anticorps, qui durent plus longtemps chez la femme. D’autres globules blancs se multiplient également de façon plus rapide chez la femme que chez l’homme, ce qui est le cas pour les lymphocytes T auxiliaires et les lymphocytes NK.

Les femmes n’ont pas cet unique avantage dans leurs systèmes immunitaires. D’après les chercheurs, les globules rouges, qui permettent le transport de l’oxygène, diminueraient avec l’âge pour les hommes, mais pas pour les femmes.

Le professeur Katsuiku Hirokawa, directeur de cette recherche, explique que le système immunitaire des femmes est plus robuste dû à une quantité plus importante d’œstrogènes qu’elles produisent comparé aux hommes. Cette hormone serait capable de mieux protéger des maladies cardiovasculaires jusqu’à la ménopause.

Ne les prenez plus pour des poires

Et en dehors des formules scientifiques, certaines femmes seront ravies d’apprendre que leur morphologie, qui peut leur donner des complexes, leur serait bénéfique. En effet, le Daily Mail a relaté une étude selon laquelle les femmes en forme de poire auraient une espérance de plus vie plus longue.

Selon l’étude, les femmes ayant des hanches larges et la taille fine bénéficierait de près de dix ans d’espérance de vie supplémentaires que leurs congénères. Pour Margaret Aswhell qui a étudié un échantillon de 3000 femmes, elle explique que la graisse abdominale qui se stocke au niveau de la taille augmente le risque de diabète et de maladies cardiaques.

Elle remet donc en cause l’IMC (Indice de Masse Corporelle) qui ne fait pas la distinction entre la graisse et les muscles. Il ne serait pas un bon indicateur d’obésité puisqu’il prend uniquement en compte la taille et le poids. Peut-être que dans quelques années nous dirons adieu à nos balances et les remplaceront par un mètre-ruban…

Sources : Slate ; HuffingtonPost et le DailyMail