Pourquoi vos meubles Ikéa semblent-ils plus beaux en photo que chez vous ?

Article mis à jour le 

Selon un article publiée par la revue spécialisée CGSociety, pas moins de 75 % des images des produits Ikéa ne sont pas de véritables photographies de meubles mais des images de synthèse. Ce qui pourrait donc expliquer la différence entre les images tirées du catalogue et le rendu de votre salon…

Sans doute vous-êtes-vous un jour demandé pourquoi vos produits Ikéa semblent nettement plus beaux en photo que dans votre logement plein de meubles de la firme scandinave. Car il faut avouer que la différence entre un produit aperçu sur le site internet et la réalité est parfois flagrante. Or, cette différence n’est pas un hasard puisque la revue spécialisée CGSociety vient de révéler que 75 % des images de produits Ikéa ne sont pas de vraies photographies mais des images de synthèse.

Dans ce papier, le directeur informatique de l’agence de communication du groupe suédois, Martin Enthed – par ailleurs à l’origine des redoutés plans de montage – souligne qu’Ikéa a pour la première fois fait connaître son désir de ne plus recourir ou presque aux photographies traditionnelles au profit des images de synthèse il y a une dizaine d’années. L’objectif affiché n’était alors non pas d’améliorer la qualité du rendu, mais d’optimiser la logistique de la production d’images en réalisant une économie. Ainsi, la somme d’argent habituellement allouée à la construction et à l’expédition de prototypes de meubles à travers le monde afin qu’ils soient photographiées a été considérablement réduite.

La première image de synthèse est arrivée en 2006

Par la suite, Ikéa a réalisé la toute première image de synthèse de son catalogue en reproduisant la chaise Bertil – c’était en 2006. Puis quatre ans plus tard, le groupe a créé une salle entière en s’appuyant sur cette méthode. Tant et si bien qu’en 2012, pas moins de 12 % du catalogue de la marque et de ses clichés en ligne étaient développés selon ce principe, à en croire le Wall Street Journal. Au moment où Ikéa choisit définitivement de partir dans cette direction, son catalogue est alors particulièrement reconnaissable et identifiable, comme le fait remarquer Martin Enthed. D’où l’ambition pour l’entreprise de faire en sorte que les clients ne voient aucune différence.

Pour ce faire, les spécialistes de la 3D de la firme ont été amenés à se former à la photographie, et les photographes d’en faire de même avec la création d’images 3D. Résultat, le groupe suédois possède dorénavant une réserve d’images comprenant 25 000 modèles haute résolution, dont la finesse est telle que même les textures de tissus, entre autres, paraissent plus vraies que nature.

Et à l’heure actuelle, 75 % des photos de produits Ikéa sont réalisées de cette manière. Toutefois, nombreux sont encore les clichés présents dans le catalogue créés traditionnellement à Älmhult, en Suède, au sein du studio du groupe.

Sources : fastcodesign, slate, wsj