Pourquoi on reconnaît ses amis dans la foule sans même voir leur visage

Article mis à jour le 

Tandis que vous marchez à travers la cohue dans la rue, au loin, mais vraiment très loin, à tel point qu'il vous est impossible de distinguer son visage, vous reconnaissez une personne. Mais comment se fait-il que vous soyez parvenu à savoir qui c'était alors que vous n'avez même pas vu sa tête ?

D'après les psychologues de l'université de Dallas-Texas, qui viennent de diffuser une étude dans la revue Psychological Science, ce serait la morphologie qui nous permettrait de reconnaître les personnes que nous connaissons mais dont nous n'arrivons pas à distinguer les contours du visage. Cette conclusion, les chercheurs y sont parvenus en montrant à des participants des photos où l'on voyait mal le visage des personnes. À l'instar du jeu de memory, les volontaires ont par la suite été amenés à identifier les images représentant ces mêmes personnes, comme l'explique le Pacific Standard. Des images que les logiciels de reconnaissance faciale n'arrivaient pas à percer à jour.

Résultat : l'étude met bien évidence que les participants ont nettement mieux réussi à reconnaître les personnes dont les corps étaient apparents sur les photographies, ce qui n'était pas le cas lorsque seul le visage était visible. À noter par ailleurs que les participants ont alors pensé qu'ils regardaient en priorité les visages des personnes sur les photos pour les reconnaître, ce qui n'est en réalité pas le cas. Car dans la mesure où ils ne pouvaient pas recueillir d'information utile en ne se focalisant que sur les visages, les participants ont en fait passé davantage de temps à analyser les corps des personnes.

Ainsi, les auteurs de l'étude ont observé le mouvement des yeux des participants, ce qui leur a permis de détecter la stratégie mise en œuvre par ceux-ci pour s'adapter à une situation donnée et dénicher l'information la plus pertinente pour identifier une personne et ce sur n'importe quelle image.

Une découverte qui intéresse le FBI

Cette découverte est intéressante à plus d'un titre, et tout particulièrement parce qu'elle vient remettre en question les postulats selon lesquels nous ne nous baserions que sur les parties du visage pour reconnaître quelqu'un. Tant et si bien que c'est le FBI qui a financé cette étude, notamment en vue d'améliorer ses logiciels de reconnaissance.

À noter que la question de la reconnaissance fait l'objet d'une importante controverse, que ce soit dans la vie réelle avec l'augmentation des caméras de surveillance dans la plupart des grandes villes, ou sur internet. Dernièrement, c'est comme souvent Facebook qui avait défrayé la chronique au sujet de son système de reconnaissance automatique des visages, évidemment au sujet de la protection des données personnelles.

Un rempart contre la reconnaissance faciale ?

En février 2013, le site Wired avait dévoilé un t-shirt camouflage pour le moins psychédélique capable de mettre à mal le système de Facebook. Problème : celui-ci partait uniquement du principe que seuls les points du visage servent à reconnaître une personne. Il faudra donc à l'avenir se montrer plus imaginatif pour brouiller les pistes des logiciels, toujours plus élaborés.

Sources : Pacific Standard, Telegraph, Wired, Slate