Pourquoi les tongs ont un effet désastreux sur notre santé

Article mis à jour le 

À l'heure où l'on commence, dans l'Hexagone, à parler de canicule, certains d'entre vous – soleil et vacances obligent – ont d'ores et déjà enfilé leur paire de tongs. Mais vous l'ignoriez sans doute : ces accessoires inséparables de la période estivale sont en fait un choix vestimentaire pour le moins risqué pour votre santé…

Au-delà du fait qu'elles ne vous protègent en aucun cas de l'éventuelle chute d'un objet ou d'un trottoir un peu trop haut sur lequel vous pourriez buter, vos claquettes peuvent entrainer des dégâts non négligeables sur vos pieds. Or, comme le souligne la podologue New Yorkaise Jackie Sutera, les pieds ne sont autres que la base du corps tout entier, plus précisément du squelette. Résultat : le fait de ne pas en prendre soin, voire de les maltraiter – comme c'est le cas ici avec les tongs – revient à demander à vos articulations et à vos os de compenser.

Pour éviter ces désagréments, mieux vaut donc n'utiliser les claquettes qu'avec modération, en enfilant par exemple une paire au bord de la piscine ou sur la plage, à l'occasion. En revanche, il est crucial que ces dernières ne viennent pas se substituer à votre paire de chaussures pour toutes les vacances, auquel cas la situation pourrait devenir dangereuse.

De la mauvaise influence des tongs sur vos pieds

S'agissant des orteils, le risque est que ces derniers, uniquement aidés d'un morceau de plastique ou de tissu, soient contraints de s'accrocher à la chaussure afin que vos pieds restent fixes. Une pratique qui, sur le long terme, stimule excessivement vos muscles et peut provoquer une tendinite, autrement dit une inflammation de vos tendons. Pire : cela peut également entrainer l'apparition d'orteils en griffe et de diverses déformations.

S'agissant des os, le port en continu des tongs peut provoquer des fractures de stress sur vos pieds. Des fissures qui peuvent apparaître sous l'influence d'un choc répété ou inhabituel, et ce d'autant plus si aucune protection ne permet d'absorber ledit choc.

S'agissant de la plante des pieds, sachez que vos pieds sont toujours en mouvement lorsque vous portez des tongs. Des mouvements à l'origine de frottements contre la semelle pouvant laisser apparaître des ampoules, et ce d'autant plus en cas de chaleur.

S'agissant de la voûte plantaire, il faut savoir que le fascia plantaire – autrement dit la partie reliant vos orteils et supportant l'arche du pied –, lorsqu'il est trop sollicité par des tongs, peut provoquer une inflammation, appelée fasciite plantaire. Par ailleurs, le fait que la voûte plantaire ne soit pas maintenue peut tordre la cheville et favoriser les pieds plats. Sachez que cette fasciite plantaire est aussi à l'origine d'une douleur importante dans le talon, souvent provoquée par les tongs classiques, quand l'arrière du pied se sépare de la semelle à chaque pas.

D'après une étude de l'université d'Auburn (Alabama), aux États-Unis, les personnes portant des tongs effectuent de plus petites enjambées, dans la mesure où leurs talons touchent le sol d'une manière différente. Résultat : cela modifie l'allure naturelle et entraine souvent des douleurs dans l'ensemble du corps. À noter que le fait de changer de démarche peut altérer les chevilles, les genoux, les hanches et le dos.

Enfin, côté bactéries, une étude réalisée par l'université de Miami pour le site Today en 2009 a permis de révéler qu'une paire de tongs renfermait 18 000 bactéries, parmi lesquels le célèbre staphylocoque doré, sans compter des bactéries issues des matières fécales.

Comment mieux choisir ses tongs ?

D'abord, il est important de ne pas opter pour les modèles en taille unique et d'acquérir une paire qui vous va à la perfection – autrement dit sans que vos orteils ou vos talons ne dépassent.

La paire de tongs que vous avez choisie est souple, à tel point qu'elle se plie aisément en deux ? Alors ne perdez pas une seconde et reposez-la immédiatement sur l'étalage : cette dernière doit être solide et ne plier qu'au niveau des orteils, lorsque vous marchez.

Choisissez des tongs aves des semelles épaisses de façon à mieux soutenir la voûte plantaire.

Évitez les tongs classiques si vous voulez un minimum de maintien. Pour ce faire, cherchez une paire dotée d'une bride à l'arrière, ou dans le pire des cas d'une lanière plus importante à l'avant.

Concernant la matière, si l'on en croit l'American Podiatric Medical Association (Apma), il est conseillé d'opter pour des cuirs doux afin d'éviter les ampoules et les irritations.

Enfin, n'oubliez pas de changer vos tongs régulièrement – une fois par an environ –, car elles s'usent très vite, et ce d'autant plus si elles montrent des signes de fatigue.

Sources : citypodiatry, auburn.edu, apma, today, miami.edu, HuffPost