Vous pourrez bientôt changer de banque plus facilement

Article mis à jour le 

La loi Macron devrait intégrer un dispositif visant à faciliter le changement de banque - iStock
La loi Macron devrait intégrer un dispositif visant à faciliter le changement de banque - iStock

Un dispositif prévu pour faciliter le transfert des opérations vers un nouveau compte devrait voir le jour dans le cadre de la loi Macron. Bonne nouvelle, donc, pour les nombreux clients aujourd’hui non satisfaits par leur banque.

À en croire l’UFC-Que choisir, le quart des clients des banques en France ne sont pas satisfaits par leur établissement bancaire. Pourtant, 3 % seulement changent de banque chaque année, la faute à une procédure fastidieuse. Mais la situation pourrait évoluer prochainement, grâce à un mécanisme intégré à la loi Macron prévu pour simplifier le transfert des opérations vers un nouveau compte.

Jeudi 2 avril, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) devrait détailler les clauses de ce système. En pratique, c’est le nouvel établissement bancaire qui devrait être chargé du transfert des opérations de l’ancien compte client, en marge d’un changement de banque. Tandis que du côté du client, l’ensemble de la démarche devrait être aussi anecdotique qu’un changement d’adresse. Concrètement, il suffira de fournir un RIB de l’ancien établissement et un mandat autorisant le nouveau à réaliser les démarches relatives au transfert des opérations.

La nouvelle banque sera alors chargée de prendre contact avec l’ancien établissement et d’obtenir l’ensemble des transactions courantes réalisées au cours des treize derniers mois sur le compte. Enfin, l’établissement devra donner les nouvelles coordonnées bancaires de son client aux émetteurs d’opération.


Récupérer 100 millions d’euros de pouvoir d’achat

En outre, la simplification de la mobilité bancaire devrait maximiser la concurrence. Phénomène que l’UFC-Que choisir perçoit comme un réel gain en matière de pouvoir d’achat, puisque l’association de consommateurs table en conséquence sur un recul de 1 % des frais bancaires. Or, pour chaque baisse de 1 % de ceux-ci, elle estime un gain de pouvoir d’achat de 100 millions d’euros.

À noter qu’en parallèle de ce nouveau dispositif, devrait être évoqué la mise en place d’un système de sécurité. L’UFC-Que choisir souhaite en effet que les établissements bancaires soient obligatoirement tenus de prévenir leurs anciens clients, dans le cas d’une tentative d’opération sur un compte fermé. Rappelons en effet que 350 000 chèques sont rejetés tous les ans à cause d’un compte fermé.


Sources : lemonde, quechoisir.org