Le pouvoir d'achat des retraités recule-t-il avec le gel des pensions ?

Article mis à jour le 

Le gel des pensions suppose-t-il la baisse du pouvoir d'achat ? - iStockPhoto
Le gel des pensions suppose-t-il la baisse du pouvoir d'achat ? - iStockPhoto

L’Arrco et l’Agirc ont voté pour un taux de revalorisation des pensions de retraite à 0% suite à une erreur de prévision d’inflation. Les retraités devront ainsi patienter jusqu’en octobre 2016 pour un éventuel dégel. Mais qu’en est-il réellement de leur pouvoir d’achat dans pareil contexte ?

Inflation surestimée, pensions gelées

En avril 2013, les partenaires sociaux ont voté pour un redressement des comptes du régime de base des retraites. Ils ont en effet opté pour une revalorisation des pensions complémentaires à 1,3%. Cette décision a été prise en tenant compte du taux d’inflation estimé à 1,75%. Or, ce taux est retombé à 0,7% fin 2013. De plus, les 12 millions de personnes retraitées sont soumises à la Casa ou Contribution de solidarité pour l’autonomie, d’où une ponction de 0,3%. Le taux de revalorisation est ainsi remonté à 1%. C’est l’une des raisons pour lesquelles les partenaires sociaux ont hésité à revaloriser le régime de base en 2015.


Le pouvoir d’achat reste intact face au gel des pensions

Le pouvoir d’achat des personnes retraitées est resté le même entre mars 2013 et mars 2015. La surestimation du taux d’inflation en 2013 constitue le facteur majeur de cette constatation. Par ailleurs, les pensions complémentaires Agirc et Arrco ont connu une revalorisation généreuse en bénéficiant respectivement d’une hausse de 0,5% et de 0,8% en 2013.

Entre temps, les chiffres de l’Insee démontrent une hausse des prix de 0,4%. Si nous calculons ainsi une retraite répartie à parts égales entre le régime de base et l’Arrco, nous pouvons constater une hausse de 0,6% de la pension depuis 2013, la Casa étant déjà déduite. Puisque ce chiffre est légèrement plus élevé que l’inflation, le pouvoir d’achat reste le même, d’où la décision du gel des pensions de l’Arrco et de l’Agirc.


D’autres facteurs sont à prendre en compte

Même si le pouvoir d’achat des retraités est resté intact, certains particuliers contredisent ce raisonnement global. Toutefois, ce sentiment de perte de pouvoir d’achat ne résulte pas essentiellement du gel des pensions, mais également d’autres facteurs. Y figurent entre autres la réforme des taux de CSG applicables aux retraités, la hausse de la fiscalité locale ou encore le durcissement de l’IR effectué en 2013. De plus, le SMPT ou Salaire moyen par tête a augmenté de 2,3% en 2 ans. Ainsi, ne serait-il pas préférable de calculer les retraites non plus sur l’inflation, mais plutôt sur l’évolution des salaires ?


Source : Boursier