Près de deux millions d'utilisateurs de Yahoo! espionnés via leurs webcams

Article mis à jour le 

D'après des documents dévoilés par Edward Snowden, plusieurs millions d'utilisateurs de Yahoo! auraient fait l'objet d'une surveillance par webcam entre 2008 et 2012.

Vous possédez un compte Yahoo! et une webcam ? Il n'est pas impossible que vous ayez été espionné par la NSA et son équivalent britannique GCHQ. C'est du moins ce qu'ont révélé des documents publiés récemment par Edward Snowden, qui mettent en cause les deux agences de surveillance. Ce jeudi, le géant de l'internet n'a pas manqué de manifester son indignation en apprenant la nouvelle.

Pendant six mois en 2008, un programme du GCHQ aurait ainsi capté des plans fixes et conversations vidéo de près de 2 millions d'utilisateurs de comptes Yahoo!, comme le met ici en évidence le Guardian. Le journal s'appuie sur des documents secrets récoltés par Edward Snowden. À noter qu'une "quantité substantielle de communications explicitement sexuelles" font partie de ces images. Images que le GCHQ aurait tenté de mettre hors de portée de ses employés.

En outre, d'après un document interne de l'agence de surveillance britannique, le programme en question, nommé Optic Nerve, était toujours en activité en 2012. Celui-ci collectait aléatoirement des images, tous profils d'utilisateurs confondus. Ce dernier a été conçu pour tester la reconnaissance faciale automatique en vue de surveiller des cibles du GCHQ, et d'en identifier des nouvelles. L'analyse des données recueillies se faisait en outre grâce à un outil informatique de la NSA, d'après The Guardian.

Un phénomène massif de violation de la vie privée

Yahoo! a manifesté son mécontentement et indiqué, si les informations du Guardian se confirmaient, qu'un tel viol de la vie privée était inacceptable. Le géant a pour cette raison appelé les gouvernements du monde entier à réformer la législation sur la surveillance.

Pour rappel, Edward Snowden a mis au jour ces derniers mois de nombreuses révélations à propos de la NSA et du GCHQ. Révélations dont se seraient bien passés Washington et Londres…

Sources : The Guardian, LePoint