Quel job choisir pour payer ses études ?

Article mis à jour le 

Pas toujours facile de savoir vers quel genre de job se tourner pour payer ses études. Pour vous aider à faire votre choix, nous avons passé en revue trois postes classiques particulièrement adaptés : dans l'animation, la distribution et la restauration.

Dénicher un poste de façon à travailler sans pour autant négliger ses études, ce n'est pas si difficile. Pour autant, encore faut-il savoir quel job privilégier. Serveur, vendeur de journaux, surveillant d'établissement scolaire, distributeur de tracts, animation, restauration, babysitting, ouvreur dans un théâtre, gardien de surveillance d'une cité U… les jobs étudiants ne manquent pas.  Mais de quel type de formation faut-il disposer, et où faut-il postuler ?

Le cas de la restauration

De nombreux jobs rentrent dans le cadre de la restauration : barman, chef de cuisine, plongeur, serveur de banquet, serveur, réceptionniste, veilleur de nuit, équipier dans un fast food, caissier… Sachez que plusieurs centaines de postes de ce type sont à pourvoir dans la restauration, et ce d'autant plus en été. Mais avant toute chose, il est important de savoir qu'un poste dans la restauration, au contact de la clientèle, avec des horaires difficiles et un rythme soutenu, est particulièrement stressant. Tout le monde ne parviendra pas dans ce cas à allier les études et le travail.

Bien qu'aucune formation ne soit nécessaire, une première expérience est souvent la bienvenue. D'autre part, la maîtrise d'une langue étrangère est un atout indéniable si vous comptez travailler à proximité des sites touristiques.

Quid du contrat ?

Il s'agira d'un contrat saisonnier, dans le cadre d'un job d'été. Mais dans les autres cas, un CDD, un CDI ou un contrat "extra", dont la particularité est de vous permettre de travailler de manière occasionnelle, vous sera proposé, payé au SMIC.

À noter que le pourboire, petit plus, vous aidera à arrondir votre salaire.

Où chercher ?

La meilleure solution est de se rendre directement chez les éventuels employeurs. Préférez pour ce faire les heures creuses, et n'hésitez pas à demander à rencontrer le gérant – l'occasion de montrer que vous êtes motivé. De même, n'oubliez pas de poser la question dans les bars/tabacs, où il est parfois possible de travailler le week-end.

Le cas de la distribution

En optant pour la distribution, vous pourrez être chargé de la mise en rayon, de la vente ou devenir hôtesse de caisse. Tout au long de l'année, la grande distribution, au sein de laquelle les hypermarchés, les supermarchés et les grands magasins, proposent des emplois pour les étudiants. Attention néanmoins, car les exigences sont souvent importantes : disponibilité et rapidité seront ainsi de précieux alliés.

Quid du contrat ?

CDD, CDI à temps partiel ou à temps plein, les contrats proposés sont très variables, ce qui offre la possibilité d'alterner plus facilement les cours et le travail. À noter à ce titre que les hypermarchés ont d'ailleurs mis en place un contrat étudiant dont les horaires varient entre 8 et 25 heures par semaine. Aussi, il est possible de travailler moins pendant les examens, et davantage durant les vacances scolaires. Enfin, les périodes de soldes et les fêtes de Noël sont connues pour être les moments de l'année où l'on trouve le plus facilement un emploi dans la vente, entre autres parce que les grandes surfaces embauchent des vendeurs et caissiers supplémentaires. Hormis durant les fêtes, le salaire est équivalent au SMIC.

Le plus : c'est un emploi parfaitement adapté aux études, où vous croiserez de nombreux étudiants.

Où chercher ?

Vous pouvez vous rendre directement sur place pour déposer votre CV, mais de nombreuses grandes chaînes disposent d'un service de recrutement exclusivement en ligne.

Plusieurs fois chaque année, les hypermarchés réalisent des inventaires. L'occasion de travailler occasionnellement de nuit sur une période comprise entre 2 et 8h. Pour y participer, tournez-vous vers le magasin en question ou vers une agence d'intérim.

Le cas de l'éducation (soutien scolaire, babysitting, etc.)

Si vous êtes intéressé par l'éducation, sachez que vous pouvez postuler pour devenir surveillant d'établissement, surveillant d'une cité universitaire, animateur, baby-sitter ou encore donner des cours particuliers.

Quid du contrat ?

Dans ce secteur, les jobs peuvent aussi être occasionnels que réguliers. Dans le cas du babysitting, par exemple, il est possible de ne travailler qu'un soir, ou tous les samedis. Dans le cas des cours particuliers, il est aussi bien possible d'en donner de façon régulière, ou uniquement pendant les vacances. À noter toutefois qu'il est conseillé pour ce faire d'être titulaire d'un Master ou d'avoir suivi un cursus dans une grande école.

Le plus : c'est vous qui choisissez vos horaires et si vous aimez travailler avec les enfants, l'alternative est d'autant plus intéressante.

Quid de la rétribution ?

Pour le baby-sitting, c'est bien souvent une adaptation du SMIC horaire qui est de mise, en moyenne de l'ordre de 7 euros de l'heure (8 euros à Paris). Subtilité : les heures au cours desquelles l'enfant dort sont considérées comme des "heures de présence responsable". Et une heure de présence responsable correspond en termes de salaire à 40 minutes de travail effectif.

S'agissant du soutien scolaire, le salaire varie en fonction de la tranche d'âge, de 10 euros à 30 euros pour un lycéen. Les paiements sont réalisés soit en chèque emploi service, soit en liquide.

Où chercher ?

D'une manière générale, les crèches et les écoles proposent des emplois tout au long de l'année. Renseignez-vous du côté de la mairie pour en savoir plus : c'est souvent elle qui encadre l'animation ou le périscolaire. Vous avez aussi la possibilité de déposer une annonce sur le site internet Yokoro, qui met en relation les étudiants en recherche d'emploi avec les familles à la recherche d'un baby-sitter, d'un aide aux devoirs ou d'une personne donnant des cours particuliers.

De même, le site de Pôle Emploi met régulièrement en ligne des annonces pour la garde d'enfants ou le soutien scolaire. Enfin, l'autre solution est de vous inscrire dans une agence spécialisée, à l'instar d'Acadomia. Mais attention : dans ce cas de figure, l'intermédiaire n'est pas gratuit et ne vous reversera qu'une partie du prix dont s'acquittent les parents.

Le cas de l'accueil

Vous avez le choix entre les jobs suivants : distributeur de journaux ou de tracts, ouvreur dans un théâtre, hôte d'accueil ou encore animateur commercial.

Quid du contrat ?

Bien souvent, il s'agit de missions ponctuelles dont la durée n'excède pas quelques heures, à réaliser un jour particulier. Votre objectif peut par exemple consister à accueillir des visiteurs dans des salons, lors de manifestations commerciales, de réceptions, d'animations ou encore d'évènements sportifs.

Mais ce n'est pas tout : des missions à temps partiel peuvent être proposées, par exemple pour animer une entreprise. Dans la plupart des cas, il est nécessaire de se tourner vers des agences d'intérim pour y postuler.

Quid de la rétribution et du recrutement ?

Il n'est pas rare que des castings soient réalisés. Le costume est donc de rigueur. Côté présentation, le maquillage doit rester discret, et les cheveux attachés.

Le plus : ce type d'emploi peut parfois vous permettre de vous faire des contacts et d'améliorer votre CV.

Quoiqu'il en soit, quel que soit votre job étudiant, n'oubliez pas de l'ajouter à votre CV, même très brièvement. Cela ne pourra être que bénéfique pour vos embauches futures.

Sources : LeParisien, etudiant.gouv, LeFigaro