C'est quoi la vraie histoire du Père Noël ?

Article mis à jour le 

Attendu avec impatience chaque année dans les foyers pour la période des fêtes, le Père Noël est un personnage dont on ne sait finalement pas grand-chose. Pourquoi donc ne pas s'intéresser à son passé opaque ? Flash-back.

Le Père Noël est-il un imposteur ? Contrairement aux apparences, le bonhomme joufflu et tout de rouge vêtu n'a pas toujours affiché l'air bienveillant qu'on lui connaît aujourd'hui. Au départ – cela remonte au Xe siècle –, celui-ci s'appelait Saint-Nicolas. Son allure n'avait alors rien à voir avec le célèbre costume rouge et blanc : exit le traîneau, l'icône adorée des enfants était juchée sur un âne, avec sa houppelande verte, sa mitre et sa crosse. À ce moment, le bonhomme était surtout célébré dans les pays nordiques, le 6 décembre. Accompagné du Père Fouettard, sorte d'anti Père Noël, il distribuait essentiellement des friandises (des pains d'épices à l'effigie du Saint évêque) aux enfants sages. À noter que les petits garnements se voyaient pour leur part réserver les coups de trique et les oignons…

C'est à partir du XVIIe siècle que débute sa transformation, précisément quand les premiers immigrants allemands et hollandais partent s'installer aux États-Unis. Saint-Nicolas échange alors son patronyme contre celui de Santa Claus et balaye son embarrassant collègue le Père Fouettard. Au fil des années, son apparence se fait de plus en plus rassurante, de sorte qu'il apparaît pour la première fois en 1863, bien en chair, joyeux et habillé d'un costume agrémenté de fourrure blanche et d'une ceinture noire, dans l'hebdomadaire "Harper's Illustrated weekly".

Construction d'une légende

Dès 1850, au moment où paraissent "Les livres de Noël" de Charles Dickens, les Anglais choisissent de repousser la date de la célébration de Noël dans la nuit du 24 au 25 décembre. Toutefois, il faudra attendre l'année 1931 et une publicité Coca Cola destinée aux enfants pour le Père Noël apparaisse sous sa forme définitive. Aux commandes de son traîneau propulsé par des rennes, celui-ci boit une bouteille de la célèbre boisson au goulot pour trouver l'énergie nécessaire et ainsi terminer sa tournée de distribution de cadeaux.  Haddon Sundblom, le dessinateur, va alors jusqu'à parer le bonhomme des couleurs de la marque : rouge et blanc. Dès lors, la notoriété du Père Noël est telle qu'il en vient même à ravir la vedette au petit Jésus, ce qui ne manque pas de contrarier les catholiques.

À l'inverse de nombreux pays, les Français vont résister longtemps à la mode du Père Noël, préférant continuer à s'échanger traditionnellement des petits cadeaux pour célébrer la naissance du Christ. Toutefois, à l'issue de la seconde guerre mondiale et avec la mise en place du plan Marshall et du Coca-Cola, les fervents défenseurs de la tradition chrétienne rendent les armes. À tel point que le ministre des PTT (Poste, télégraphe et téléphone) accepte de créer un secrétariat officiel pour répondre aux lettres des enfants sages. On raconte même que c'est la propre sœur du ministre, à savoir la pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto, qui se chargea de répondre aux premières missives. À noter qu'une soixantaine d'assistantes s'escrimeraient actuellement à en faire de même. Plusieurs millions de lettres sont attendues.

Sources : Universalis, Pratique.fr, Metronews