RAID, GIPN, GIGN, BRI... quelles différences ?

Article mis à jour le 

Cellule NRBC du GIGN en exercice - copyright Jean-Christophe Rouxel
Cellule NRBC du GIGN en exercice - copyright Jean-Christophe Rouxel

Le 13 novembre notamment, la BRI et le RAID sont intervenus lors d'attaques terroristes qui ont secoué la France entière. Ces deux organisations ont chacune leurs particularités, de même que le GIPN et le GIGN.

Quelle est la différence entre le RAID, le GIGN, le GIPN et la BRI ? Ces 4 forces d’intervention agissent lors d’attaques spécifiques, mais leurs attributions les différencient.

Le RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion)

Depuis le 14 novembre dernier, cet organisme a pris en charge les opérations d’interpellations avec le soutien des GIPN. Le RAID est également à l’origine des arrestations du 18 novembre à Saint-Denis ayant permis d’appréhender plusieurs suspects. Créée en 1985, cette force lutte contre le grand banditisme, la criminalité organisée et le terrorisme. Il lui revient également de rechercher des informations sur le terrorisme. Rattachée à la Direction générale de la police nationale (DGPN), elle a toute autorité sur les 21 départements se trouvant à proximité de Paris.

Le GIGN

Équivalant au RAID chez les gendarmes, le GIGN intervient dans les zones rurales. Cette organisation est habilitée à agir dans le domaine aérien. Son champ de compétence couvre donc le contre-terrorisme aérien et maritime, l’intervention sur bâtiment (prise d’otage) ou sur train. Parfois, le GIGN peut intervenir dans des centrales nucléaires, des prisons ou dans le désert, la forêt et la montagne.

Les GIPN

Rassemblant 10 groupes d’intervention spécialisés dans des situations à haut risque, les GIPN agissent lors de prises d’otages, d’arrestations, de maîtrise de forcenés ou de mutineries. Ils peuvent également se charger d’escortes quand ces dernières sont catégorisées à haut risque. Tout comme le RAID, les GIPN sont placés sous l’autorité de la Force d’intervention de la police nationale (FIPN). Les 10 groupes formant cet organisme sont également placés sous la juridiction des directions départementales de la sécurité juridique. Cependant, le directeur général de la police national (DGPN) peut aussi les mobiliser et les faire intervenir à travers toute la France.

La BRI

La Brigade de recherche et d’intervention fait partie des trois équipes spéciales de la FIPN, avec le RAID et les GIPN. Également appelée l’Antigang, cette organisation a pour mission d’interpeller les personnes se livrant à des actes de banditisme graves tels que le vol à main armée, la prise d’otage ou la séquestration. La BRI intervient sur les 20 arrondissements de Paris et peut être appelée à travailler en collaboration avec le RAID.

 

Sources : slate, ouest-france

Cet article a recueilli 7 avis. 86% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : santé