Le régime a peut être trouvé son nouveau meilleur ennemi...

Article mis à jour le 

D'après une nouvelle étude américaine, les boissons comportant des édulcorants seraient un véritable fléau pour les régimes. Ces dernières pousseraient en effet notamment les personnes en surpoids à une surconsommation d'aliments. Explications.

Non, les boissons à base d'édulcorants ne seraient pas adaptées du tout pour un régime, d'après une étude menée par des chercheurs américains de la John Hopkins Bloomberg School of Public Health. Pourquoi ? Parce que celles-ci entraîneraient chez les personnes en surpoids une surconsommation d'aliments. Le problème, soulignent les universitaires, est que les personnes voulant mincir sont particulièrement nombreuses à opter précisément pour ce genre de boissons afin d'éviter les sodas classiques.

Pour arriver à un tel constat, les chercheurs ont décortiqué les données issues de sondages de santé publique réalisés de 1999 à 2010, en isolant les informations relatives à la consommation des boissons "light". Ce qui ressort de cette analyse est que les adultes en surpoids et obèses absorbant des boissons avec édulcorants consomment davantage de calories que les personnes buvant des sodas classiques et autres boissons sucrées.

Les édulcorants, (beaucoup) plus addictifs que le sucre classique

À l'origine, l'objectif des édulcorants artificiels tels que l'aspartame – dont la dangerosité fait encore débat – ou encore la saccharine, est d'offrir un goût sucré tout en comportant nettement moins de calories que le sucre traditionnel. Pour cette raison, ces édulcorants sont considérés comme salutaires par les personnes désirant réduire leur apport énergétiques. Mais en réalité, d'après les chercheurs, ces substances créeraient, dans une toute autre mesure que le vrai sucre, une forte dépendance en activant les centres de récompense du cerveau.

Autrement dit, ceux absorbant des sodas avec édulcorants rencontreraient des difficultés à réguler leur appétit, ce qui aboutirait de fait à une surconsommation d'aliments. Ainsi, la "faible" teneur – en comparaison des boissons sucrées habituelles – en calories de ces boissons light, se verrait donc largement compensée par les calories contenues dans les aliments ingérés par ailleurs. À noter que cette étude paraît alors qu'une enquête mettant en évidence la  forte augmentation du taux de consommation de sodas avec édulcorants aux États-Unis vient de sortir. Les américains, qui étaient 3 % à en consommer en 1965, seraient désormais 20 %.

Rappelons que ces conclusions tombent peu de temps après que l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a décidé de clore le débat sur l'aspartame, en prétextant que sa consommation, à condition de respecter les doses recommandées, ne présente pas de risque.

Sources : Metro, Agence Tunis