Renault va relancer sa marque sportive Alpine

Article mis à jour le 

Aperçu d'un concept car Renault Alpine - creative commons
Aperçu d'un concept car Renault Alpine - creative commons

Renault a annoncé le grand retour d’Alpine. Initialement arrivée sur le marché de l’automobile en 1955, à Dieppe, cette marque était devenue le fer de lance de Renault, notamment grâce au modèle 110, sacré champion du monde des rallyes en 1973. De quoi contenter ses fans, nombreux  à travers le monde du Japon à l’Amérique Latine.

Alpine va faire son grand retour. L’idée, émise à l’origine par Carlos Tavares, numéro deux de Renault, avait tout d’abord été abandonnée après son basculement chez Peugeot-Citroën. Par la suite, Carlos Ghosn obtient carte blanche pour concrétiser le projet. Cette relance ravit bien évidemment les fans de Renault. De leur côté, les observateurs y voient bien plus qu’une simple volonté de réinvestir le monde du sport mécanique.

Un grand retour dans l’univers des sports mécaniques

Ces derniers mois, Renault affichait sa volonté de se frayer à nouveau un chemin dans l’univers des sports mécaniques. Mieux encore, en relançant l’Alpine, la marque au losange vise la catégorie des sports haut de gamme. Carlos Ghosn évoque l’importance pour le groupe de retrouver une légitimité dans ce domaine. Dans sa déclaration, il évoque également une série de lancements de nouveaux modèles, de nouveaux segments, mais surtout d’un nouveau style.

L’annonce du retour d’Alpine intervient quelques mois à peine après celle du retour de Renault en Formule 1. L’on se rappelle encore du rachat de l’écurie Lotus par le constructeur français en 2015. À noter que Renault participera également au e-Formula 1, course dédiée aux voitures électriques.

L’envers du décor

Et si ce "grand" retour d’Alpine n’était qu’une simple stratégie commerciale ? Cette marque a certes fait la notoriété de Renault, mais voilà 20 ans qu’elle a sombré dans l’oubli. Le scepticisme des observateurs est nourri par le budget pour le moins serré que le constructeur français a consacré à ce projet. La qualité et la performance sont mises en jeu, alors qu’il est tout de même question de rivaliser avec Porsche dans l’univers du sport mécanique haut de gamme. Bertrand Rakoto de D3 Intelligence parle même d’une simple tentative de surfer sur la vague de notoriété de la Formule 1.

 

Sources : latribune, autonews