Au restaurant, il sera bientôt possible de demander ses restes sans rougir

Article mis à jour le 

Jusqu'à présent, la plupart d'entre nous ressentaient une certaine gêne à l'idée de demander un doggy bag au restaurant. Mais cette contrainte pourrait prochainement disparaître. Comment ? Grâce à une boîte à emporter reposant sur un concept écologique.

Vous ne connaissez sans doute pas le projet baptisé Trop Bon pour Gaspiller. Il s'agit d'une boîte à emporter sur laquelle Laurent Calvayrac travaille depuis plusieurs mois. Ayant vécu cinq ans au Canada, l'entrepreneur a pu observer que la pratique du doggy bag y était particulièrement répandue. Mais ce dernier ne partage pas l'idée selon laquelle ce phénomène serait induit par la taille des portions outre-Atlantique. Car pour lui, nombreux sont également les restaurants en France à proposer d'importantes quantités. Tant et si bien qu'il n'est pas rare que des plats au trois-quarts plein se retrouvent à la poubelle. Une chose impensable pour Laurent Calvayrac.

Partant de ce constat, l'entrepreneur s'est par ailleurs rendu compte, notamment en testant son idée auprès de ses proches et par le biais se son blog sur les emballages écologiques, que la demande existait bien mais qu'elle était trop frileuse pour passer le cap. Ainsi, sur les 700 personnes sondées, 90 % indiquent éprouver de l'intérêt à l'idée d'emporter les restes de leur repas pris au restaurant dans un emballage conçu à cette fin.

Mais ce n'est pas tout puisque ces mêmes clients potentiels se disent en outre prêts à dépenser de l'argent à cet effet, à hauteur de 50 centimes à 1,50 euro. À noter que le prix moyen d'un repas pris à l'extérieur est d'environ 9 euros.

Démocratiser la pratique du doggy bag

Résultat, le projet Trop Bon Pour Gaspiller envisage donc de généraliser cette pratique au quotidien grâce à des boîtes à emporter éco-conçues, économiques et solidaires. Pour l'heure, les premiers modèles, fabriqués dans le nord de la France, sont en carton recyclable et compostable, recouvert à l'intérieur d'un film cellulosique et imprimé avec de l'encre à base d'eau. Ces derniers peuvent passer au micro-onde, à condition de ne pas dépasser 180°.

Une fois que les restaurateurs joueront le jeu, ces derniers auront la possibilité de l'indiquer discrètement sur leur devanture. En retour, l'enseigne adoptant le service sera référencée en tant que participante dans le projet Trop Bon pour Gaspiller.

Combien ça coûte ?

Le prix d'une boîte va dépendre du volume de production. À condition que le restaurateur l'ajoute sur sa carte, cette dernière pourrait être gratuite. Une fois ajoutée au menu ou à la carte, cette dernière reviendrait 40 à 50 centimes d'euros au client, qui devra nécessairement participer à l'achat. En contrepartie, un pourcentage sur chaque boîte achetée débouchera sur le reversement d'un pourcentage des bénéfices à l'association afin d'offrir des repas aux plus démunis.

Une collecte a été récemment lancée pour financer le projet sur la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank.

Sources : lemballageecologique.com, tropbonpourgaspiller, alternatives