Vers le lancement d'un test salivaire détectant la fatigue au volant ?

Article mis à jour le 

Une équipe de chercheurs de l’Hôtel-Dieu de Paris a développé un test salivaire à même de mesurer le degré de somnolence des conducteurs. Un dispositif qui pourrait notamment faire office de prévention.

En France, le tiers des accidents de la route est relatif à un état de somnolence, au manque d’attention ou aux phénomènes de micro-sommeil. Au point de représenter la première cause de décès sur les routes. Afin d’endiguer pareil état de fait, des chercheurs du Centre français du sommeil et de la vigilance, issus de l’Hôtel-Dieu, ont mis au point un test salivaire à même de déceler la somnolence avant qu’une personne ne prenne le volant. Un dispositif qui pourrait bien prochainement côtoyer les classiques éthylotests.

En pratique, le système se présente come une languette à poser sur la langue mesurant les indicateurs physiologiques liés à la privation de sommeil. Environ dix minutes suffisent pour obtenir un résultat satisfaisant et ainsi savoir si le conducteur peut ou non prendre la route.

Vers la banalisation des tests de détection de fatigue ?

Certains responsables, à l’instar de Françoise-Brice Hincker de Vinci Autoroutes – financeur du test salivaire –, souhaitent voir se multiplier de tels systèmes dans les véhicules. Le Figaro souligne que près de cinquante volontaires essaieraient à l’heure actuel ces détecteurs de fatigue. Les premiers résultats de l’étude sont attendus fin 2015.

                                 

Sources : lci, doctissimo