Routes : pourquoi Bison Futé n’avait pas prévu la journée noire de samedi

Article mis à jour le 

Les ralentissements ont généré pas moins de 972 kilomètres de bouchons, samedi 8 août
Les ralentissements ont généré pas moins de 972 kilomètres de bouchons, samedi 8 août

Si la journée de samedi a bien été classée rouge au départ par Bison Futé, celle-ci s’est avérée noire avec près d’un millier de kilomètres de bouchons lors du pic de la journée. Un record, pour l’année 2015. Comment expliquer ce phénomène, relativement inattendu ?

Samedi 8 août, à la mi-journée, les routes de France totalisaient 972 kilomètres de bouchons, dans la plupart des cas dans le sens des départs. Un record depuis le début de l’été, et même depuis le début de l’année. Pourtant, Bison Futé - le centre national d’information routière -, l’annonçait rouge et non pas noire. Mais alors pourquoi un tel niveau d’embouteillages alors qu’à l’accoutumée, c’est le 1er aout qui établit le record de l’été ? Et pourquoi les prévisions de Bison Futé se sont-elles avérées en deçà de la réalité ?

 

Deux facteurs aggravants en matière de bouchons

D’une part, il faut comprendre que les intempéries subies au cours de la matinée de samedi, notamment dans le sud-ouest (15 départements placés en vigilance orange) a fortement ralenti la circulation. En outre, les automobilistes ont été moins nombreux que d’habitude à partir la nuit. D’où des encombrements plus fréquents dans la journée.

Résultat, pas moins de 84 kilomètres de bouchons ont été enregistrés entre Lyon et Orange, sur l’A7. Un phénomène qui s’explique par le cumul des intempéries et du nombre de conducteurs plus élevé qu’escompté. En découlent des bouchons qui s’allongent. Outre l’axe Lyon-Orange, l’A75 a cumulé 54 kilomètres de ralentissements, tandis que l’A11 et l’A61 ont respectivement été ralentis sur 32 et 27 kilomètres. Enfin, le temps d’attente était d’une heure au niveau du péage du Mont Blanc.

 

Sources : lci, bfmtv