Ryanair : bientôt des vols pour New York à partir de 14 euros ?

Article mis à jour le 

Un avion de la compagnie Ryanair - wikimedia commons
Un avion de la compagnie Ryanair - wikimedia commons

La compagnie aérienne low cost Ryanair vient de nouveau d’évoquer son projet de compagnie transatlantique. Au programme, notamment : des liaisons entre une douzaine de villes européennes et une douzaine de cités américaines, à un tarif défiant toute concurrence.

Le géant du low cost projette depuis une quinzaine d’années de lancer une compagnie aérienne transatlantique. Or, l’entreprise irlandaise a indiqué via un communiqué que son conseil d’administration avait récemment approuvé des projets de développement parmi lesquels un projet transatlantique.

En pratique, la compagnie aérienne souhaite relier une douzaine de villes européennes à une douzaine de villes américaines d’ici environ cinq ans. Et stratégie low cost oblige, chaque vol intègrerait quelques billets au tarif de 10 livres, soit 14 euros. Seul un nombre limité serait néanmoins concerné, et la plupart afficheraient des tarifs plus élevés. Pour l’heure, figurent parmi les villes européennes qui pourraient être desservies : Dublin, Londres, Cologne et Berlin. Et côté américain : New York, Boston et Washington. Pas de Paris à l’horizon.

Pour Ryanair, l’idée est de répondre à la demande des européens, qui souhaitent des coûts de transport moins importants vers les États-Unis. Mais également de permettre aux Américains de voyager plus facilement vers l’Europe.


Ryanair devra investir dans des avions long-courrier

Reste que la compagnie Ryanair devra encore se procurer des avions long-courrier à bas coût, elle qui ne dispose qu’exclusivement d’avions moyen-courrier de type Boeing 737. Or, le délai de livraison pour ce genre d’appareil est long, dans l’industrie aéronautique.

À noter que l’annonce de Ryanair n’est pas innocente. Elle tombe alors que la compagnie allemande Lufthansa vient de décider d’entrer sur le marché des liaisons low-costs intercontinentales. Vous avez dit concurrence ?


Sources : lemonde, europe1