Santé : méfiez-vous de l'hypertension masquée

Article mis à jour le 

Votre pression artérielle est élevée à votre domicile mais arrivé chez le médecin, son niveau est normal ? Cette situation est arrivée à tant de Français que l'Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) a mené une enquête. Le docteur Christophe Tzourio, directeur de l’unité Inserm 708 "Neuro-épidémiologie", a observé l'évolution de l'hypertension sur 1 500 personnes âgées.  Les résultats de son étude montrent que l'hyper-tension (pression artérielle, HTA) peut être "masquée" et par conséquent, indétectable chez le médecin. 

La tension artérielle n'est pas une maladie mais un dysfonctionnement de l'organisme : l'afflux de sang est trop important, et fait pression sur les parois des artères, risquant de les déchirer. S'il n'est pas modéré par un changement de comportement ou la prise de médicament, le risque d'accident cardiovasculaire est imminent. Cette tension varie durant la journée, selon les exercices physiques pratiqués, (une activité quelle qu'elle soit peut la faire grimper radicalement et immédiatement) la température (une chaleur trop étouffante ou un froid intense) mais aussi les chocs émotionnels. A contrario, le repos et la position allongée la font baisser.

Les causes sont très nombreuses. Pour commencer, l'âge. Malgré l'idée reçue, ce dysfonctionnement ne touche pas que les personnes âgées. Selon l'INPES (Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé) relayée par l'INSERM, le pourcentage d’hypertension est très faibles chez les jeunes de 20 ans, mais il augmente avec l'âge pour atteindre 40 % à 65 ans presque 50 % à partir de 70 ans et 90 % de la population de 85 ans ou plus. Ensuite, il peut s'agir de facteurs héréditaires, d'une maladie sous-jacente de la zone rénale, neuro-vasculaire ou hormonale, une rétention de sodium (sel) due à une mauvaise alimentation ou au rythme de vie…

Malbouffe caractérisée

L'hypertension masquée

L'hypertension n'a pas toujours de symptôme. Si sont notés maux de tête, saignements de nez ou vertiges et troubles de la vue, il en existe d'autres. Cependant, ce n'est pas parce que vous avez certains de ces symptômes que vous avez de l'hypertension, et réciproquement, vous pouvez avoir de la tension sans n'avoir eu aucun symptôme. Aussi, il est conseillé de faire régulièrement un test chez le médecin, et un teste chez soi. Pour cela, il existe des appareils électroniques d'auto-mesure fonctionnant à domicile. Ces appareils ont permis de déceler une nouvelle forme de tension artérielle. En effet, beaucoup d'hypertenseurs se sont aperçus d'une tension anormale chez eux, retombée une fois chez le médecin.

Le docteur Tzourio de l'unité de Neuroépidémiologie de l'Université de Bordeaux, avec l'aide de spécialistes de la pression artérielle, sont partis des observations des patients pour étudier la fréquence de cette tension "cachée". Aussi, 1 481 personnes âgées de 73 à 97 ans (moyenne d'âge : 78,7 ans) ont participé. Les médecins ont mesuré leur tension dans un centre d'examen, puis, dans les deux semaines suivantes, les participants ont dû procéder à leur tour à la mesure de leur pression, 18 mesures sur 3 jours. Cette expérience a été répétée un an plus tard, afin de constater d'une évolution quelconque. Les résultats indiquent que la tension masquée est très fréquente (40 % des participants), qui avaient une tension bien plus élevée à leur domicile qu'en centre médical.

tensiomètre électronique

Conséquences et conseils

Le risque avec l'hypertension est qu'elle se manifeste de plus en plus jusqu'à devenir permanente. La tension masquée augmente de 7 à 17 fois ces risques. Ce type de tension augmente sensiblement les risques d'accidents pouvant être mortels. L'origine de ce phénomène reste encore inconnue. C'est pourquoi il est conseillé de mesurer régulièrement sa tension selon le protocole énoncé plus haut : 18 prises en 3 jours. L'ANSM (Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des Produits de Santé) propose une liste de tensiomètres agréés.

Néanmoins, il existe des astuces pour la faire baisser ou au éviter d'en avoir, notamment en ayant une alimentation plus diversifiée, moins grasse et moins salée, en réduisant la consommation d'alcool, en faisant davantage d'activités physiques, validées et conseillées par votre médecin, et bien sûr, en arrêtant de fumer. L'INPES propose un guide alimentaire spécialisé (en PDF) pour les personnes ayant la cinquantaine et plus, mais convient évidemment à chacun.

Sources : ANSM ; INPES ; INSERM.